Page d'accueil Ambassade infos Relations bilatérales Services consulaires Relation commerciale Liens  
Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères
Conférence de presse du 21 mars 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang


2019/03/21

Q : Tsai Ing-wen « fera escale » à Hawaii lors de son « voyage diplomatique » la semaine prochaine. La Chine a-t-elle exprimé sa préoccupation à ce sujet auprès des États-Unis ?

R : Le principe d'une seule Chine est un consensus universel de la communauté internationale. Toute tentative de créer « deux Chine » et « une Chine, un Taiwan » fera l'objet d'une opposition de tous les Chinois.

En ce qui concerne la soi-disant escale aux États-Unis de la dirigeante des autorités taiwanaises, la Chine a confirmé sa position à plusieurs reprises et a fait des représentations solennelles auprès de la partie américaine. Nous nous opposons toujours fermement à de telles « escales » arrangées par les États-Unis ou tout autre pays ayant des relations diplomatiques avec la Chine. Notre position est claire et ferme.

Nous exhortons les États-Unis à respecter le principe d'une seule Chine ainsi que les trois communiqués conjoints sino-américains, à ne pas permettre à Tsai Ing-wen de « faire transit », à s'abstenir d'émettre tout signal erroné aux forces indépendantistes de Taiwan, et à préserver les relations sino-américaines ainsi que la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan par des actions concrètes.

Q : Le Département d'État américain a déclaré que le représentant spécial des États-Unis pour l'Afghanistan accueillera ses homologues russe, chinois et européen pour des pourparlers sur la question de la réconciliation afghane à Washington DC les 21 et 22 mars. Selon des sources d'information, Deng Xijun, envoyé spécial du Ministère chinois des Affaires étrangères pour l'Afghanistan, participera à la réunion. Avez-vous plus de détails à ce sujet ?

R : Je n'en sais pas plus que vous. (Le journaliste rit.)

Deng Xijun, envoyé spécial du Ministère chinois des Affaires étrangères pour l'Afghanistan, participera à la réunion sur la question afghane aux États-Unis. La Chine soutient l'Afghanistan dans ses efforts visant à faire avancer le processus de paix et de réconciliation et à réaliser dans les meilleurs délais la paix durable, la reconstruction et le développement nationaux. Nous restons en contact étroit avec les États-Unis, la Russie et les autres parties concernées par cette question. Nous publierons en temps utile les informations relatives à la présence de M. Deng Xijun à la réunion.

Q : Le cyclone tropical Idai a récemment frappé le Mozambique. Compte tenu des bonnes relations entre les deux pays, la Chine enverra-t-elle une aide au Mozambique ? Y a-t-il des victimes ou blessés chinois ?

R : Le récent cyclone tropical a fait beaucoup de victimes et de dégâts au Mozambique. La Chine exprime sa sympathie et présente ses condoléances aux victimes. Nous espérons que les blessés se rétabliront rapidement et que les sinistrés pourront regagner leur domicile au plus tôt. Le Président Xi Jinping a envoyé un message de condoléances au Président du Mozambique Filipe Nyusi.

Le Mozambique est un ami traditionnel et un partenaire stratégique global de la Chine en Afrique. Le gouvernement chinois est prêt à accorder, dans la mesure de ses possibilités et en fonction des besoins de la partie mozambicaine, du soutien et de l'aide au Mozambique dans ses opérations de secours.

Vous avez demandé quels sont les impacts du cyclone sur la communauté chinoise au Mozambique. Autant que je sache, jusqu'à présent, nous n'avons reçu aucune information concernant des citoyens chinois blessés ou morts lors de cette catastrophe.

Q : Une entreprise indienne projette d'investir 3,85 milliards de dollars américains pour construire une raffinerie de pétrole dans le sud de Sri Lanka, près de Hambantota, ce qui représente un investissement énorme pour Sri Lanka. Le port de Hambantota est un important projet de coopération entre la Chine et Sri Lanka dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route ». Est-ce que cette initiative indienne représente un défi pour les investissements chinois à Sri Lanka, à votre avis ? Existe-t-il une concurrence stratégique entre l'Inde et la Chine à Sri Lanka ?

R : Merci pour votre vif intérêt pour les actions diplomatiques de la Chine. Vous semblez toujours vous faire du souci à notre égard.

Je ne suis pas encore au courant des informations que vous avez mentionnées, j'ai besoin de faire des vérifications. Cependant, je peux vous dire que la Chine et Sri Lanka ont mené une coopération vaste et approfondie dans divers domaines dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route », et ont obtenu des résultats fructueux. Le projet Hambantota que vous avez mentionné est un bon exemple de la coopération mutuellement avantageuse entre la Chine et Sri Lanka. La Chine a contribué, à travers cette coopération, au développement socio-économique de Sri Lanka. Ce dernier a exprimé son appréciation et ses remerciements à ce sujet.

Dans le même temps, la Chine adopte une attitude ouverte à l'égard de la coopération mutuellement bénéfique entre l'Inde et Sri Lanka, ainsi que d'autres parties. La Chine est prête à coopérer avec l'Inde et les autres parties concernées pour contribuer à un développement accéléré de Sri Lanka. Dans les relations extérieures, la Chine a un esprit plus large que vous ne pourriez l'imaginer.

Q : Hier, le Ministère russe des Affaires étrangères a annoncé dans une déclaration que le Vice-Ministre des Affaires étrangères Bogdanov avait rencontré M. Xie Xiaoyan, représentant spécial du gouvernement chinois pour la Syrie. Pourriez-vous nous donner plus de détails sur la rencontre ? En outre, la partie russe a exprimé sa satisfaction au sujet de la coordination avec la Chine sur la Syrie. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : J'en sais un peu plus que vous sur cette question. (Le journaliste rit.)

La Chine et la Russie, en tant que membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies et partenaires stratégiques globaux de coordination, maintiennent une communication et une coordination étroites dans les affaires internationales et régionales, ce qui a beaucoup contribué à la paix, à la stabilité et au développement mondiaux.

Depuis un certain temps, la question syrienne a connu des changements majeurs, apportant de nouvelles opportunités pour un règlement politique. Récemment, le représentant spécial du gouvernement chinois pour la Syrie Xie Xiaoyan a assisté à la conférence internationale de Bruxelles sur le soutien à l'avenir de la Syrie et de la région, avant de se rendre en Jordanie et en Russie. Il a respectivement rencontré le représentant spécial du Président russe pour le Moyen-Orient et l'Afrique, le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov et le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères Sergey Vershinin, avec qui il a procédé à des échanges de vues approfondis sur la promotion du règlement politique de la question syrienne dans la nouvelle situation et a dégagé un large consensus.

En ce qui concerne la question syrienne, la Chine et la Russie préconisent la préservation de l'indépendance souveraine et de l'intégrité territoriale de la Syrie, et estiment que l'avenir de la Syrie doit être déterminé de manière indépendante par le peuple syrien. La Chine et la Russie appellent toutes les parties concernées à engager un dialogue politique inclusif au plus tôt pour trouver une solution s'adaptant à la réalité syrienne et tenant compte des préoccupations de toutes les parties. La Chine est prête à coopérer avec la Russie et les autres parties concernées de la communauté internationale pour jouer un rôle actif et constructif dans le règlement rapide et approprié de cette question.

Q : Le Président chinois Xi Jinping a rencontré hier après-midi le recteur de l'Université Harvard, Lawrence Bacow, à Beijing. Nous avons remarqué que les dirigeants chinois ont récemment rencontré de nombreux responsables d'entreprises, de think tanks et d'institutions académiques des États-Unis. Pouvez-vous présenter l'état actuel des échanges socioculturels entre la Chine et les États-Unis ?

R : Hier, le Président Xi Jinping a rencontré le recteur de l'Université Harvard, Lawrence Bacow. Les deux parties ont échangé leurs points de vue sur les relations sino-américaines, ainsi que les échanges et la coopération dans le domaine de l'éducation et dans d'autres domaines de la communication socioculturelle. Le Président Xi Jinping a apprécié la décision de M. Bacow d'avoir choisi la Chine comme la destination de sa première visite à l'étranger après son entrée en fonction, et a déclaré que les échanges et la coopération dans le domaine de l'éducation constituaient un élément important des relations sino-américaines et contribuaient à renforcer la base populaire de l'amitié sino-américaine. Le Président Xi Jinping a affirmé que la Chine était disposée à approfondir ses échanges et sa coopération avec l'Université Harvard et d'autres établissements américains d'enseignement et de recherche. M. Bacow a dit qu'il était venu en Chine non seulement en tant que recteur de l'Université Harvard, mais également en tant que représentant des universités américaines, pour promouvoir les échanges éducatifs avec la Chine. Il a dit que le maintien et l'approfondissement des échanges et de la coopération entre les institutions éducatives et culturelles des deux pays étaient d'une importance cruciale pour promouvoir les relations américano-chinoises à long terme. Nous apprécions la déclaration de M. Bacow.

L'amitié entre différents pays trouve sa racine dans les populations, et sa source dans les échanges. Depuis longtemps, les institutions commerciales, éducatives, culturelles et universitaires de la Chine et des États-Unis entretiennent des liens de coopération étroits, et les personnalités de différents secteurs des deux pays mènent des échanges fréquents, concernant plus de cinq millions de personnes chaque année. À ma connaissance, un grand nombre de leaders du monde des affaires et d'éminents chercheurs américains participeront au Forum de haut niveau sur le développement chinois qui se tiendra ce samedi à Beijing. Plus tard, de nombreux anciens hommes politiques américains, responsables d'entreprises et spécialistes de think tanks viendront en Chine participer au Forum asiatique de Bo'ao et au deuxième Forum « Ceinture et Route » pour la coopération internationale. Nous souhaitons la bienvenue aux Américains de différents milieux. La Chine et les États-Unis devraient travailler de concert pour créer des conditions favorables aux échanges socioculturels entre les deux pays, renforcer la compréhension mutuelle et l'amitié entre les deux peuples, et consolider la base populaire d'un développement continu des relations sino-américaines.

Q : Le Président américain Trump a déclaré qu'on ne parlait pas de supprimer les droits de douane pour la Chine, mais de les maintenir pendant une longue période pour être sûr que la Chine respecterait un éventuel accord. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous espérons que les équipes économiques et commerciales des deux parties, en suivant les instructions importantes des deux Chefs d'État, accéléreront les consultations et aboutiront à un accord mutuellement avantageux sur la base du respect mutuel. En fait, les consultations ont enregistré des progrès substantiels. Je vous conseille de vous adresser au Ministère chinois du Commerce pour les détails.

Q : Selon des reportages, plusieurs ambassadeurs de pays de l'UE accrédités en Chine ont été invités au Xinjiang. Pouvez-vous nous dire combien d'ambassadeurs ont accepté l'invitation et quand aura lieu cette visite ?

R : S'agit-il de reportages de Reuters ?

La Chine envisage d'inviter dans un proche avenir des chefs de missions diplomatiques européens accrédités en Chine à se rendre au Xinjiang pour leur donner l'occasion de mieux connaître le développement socio-économique du Xinjiang, et favoriser les échanges et la coopération entre la Chine et l'Europe. Les dates précises et les programmes sont encore en cours de coordination. Nous espérons que cette visite permettra aux chefs de missions diplomatiques européens de se faire une expérience personnelle de la situation stable et harmonieuse au Xinjiang, du travail et de la vie paisibles des habitants des différentes ethnies du Xinjiang.

Q : Plus tôt cette semaine, j'ai posé une question sur les tests rigoureux que la Chine effectue sur les exportations australiennes de charbon en Chine. Avez-vous d'autres informations à nous fournir ? La Chine a-t-elle l'intention d'étendre ce test à d'autres minerais ?

R : Ces temps-ci, vous suivez de près les exportations de charbon de l'Australie vers la Chine. Vous aviez posé une question à ce sujet l'autre jour et je vous ai donné ma réponse. Après la conférence de presse, nous avons communiqué avec les autorités compétentes pour obtenir des précisions dans une attitude responsable. Permettez-moi de partager avec vous des informations faisant autorité, fournies par l'Administration générale des douanes de la Chine.

Afin de contenir efficacement les importations de charbon de qualité inférieure, les postes de douane chinois procèdent à des tests de radioactivité, d'inclusions d'origine externe et de huit indicateurs environnementaux sur tous les charbons importés, et ont renvoyé ceux ne respectant pas les réglementations techniques, les règles et les normes figurant dans les mesures provisoires concernant la gestion de la qualité du charbon commercial, les mesures relatives à la gestion des tests des charbons importés et exportés, la concentration d'activité pour les matériaux ne nécessitant pas de surveillance radiologique, et la réglementation technique de contrôle et de surveillance d'inclusions de source externe dans les charbons importés et exportés. Les normes d'inspection et de quarantaine appliquées au charbon importé par les douanes chinoises sont unifiées et conformes aux réglementations en vigueur.

Q : Selon certaines informations, le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré, avant de rencontrer le Premier Ministre israélien, qu'il discuterait avec Israël de la possibilité de s'unir pour s'opposer à l'Iran, la Russie et la Chine. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine et Israël ont instauré un partenariat global innovant. Ces dernières années, le développement des relations entre la Chine et Israël a affiché une bonne dynamique, comme en témoignent les échanges de visites fréquentes de haut niveau et les progrès réguliers de la coopération pragmatique dans tous les domaines. Le développement des relations sino-israéliennes ne vise aucune partie tierce et n'affectera pas non plus la coopération entre Israël et d'autres pays. Nous espérons que les États-Unis agiront également de cette manière en rejetant la mentalité de la guerre froide et l'idée du jeu à somme nulle, et développeront les relations avec d'autres pays sur la base d'une coopération gagnant-gagnant.



RECOMMANDER A
       IMPRIMER