Page d'accueil Ambassade infos Relations bilatérales Services consulaires Relation commerciale Liens  
Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères
Conférence de presse du 4 juin 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang


2019/06/04

Q : Le Département d'Etat américain a publié sur son site web une déclaration du Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo sur les troubles politiques de 1989 à Beijing. Avez-vous des commentaires à faire à ce propos ?

R : Le gouvernement chinois a déjà tiré une conclusion claire sur les troubles politiques survenus à la fin des années 1980. Les grandes réalisations que nous avons accomplies au cours des 70 dernières années depuis la fondation de la Chine nouvelle prouvent pleinement que nous avons choisi une bonne voie de développement et gagné le soutien ferme de notre peuple. Le peuple chinois continuera à avancer résolument sur la voie du socialisme à la chinoise.

La soi-disant déclaration de M. Pompeo calomnie perfidement le système politique chinois, dénigre sans scrupule la situation des droits de l'Homme et la situation religieuse de la Chine, et critique sans fondement la politique chinoise sur la gouvernance du Xinjiang. Elle s'immisce grossièrement dans les affaires intérieures de la Chine, bafoue les normes fondamentales régissant les relations internationales et sape la confiance mutuelle entre la Chine et les Etats-Unis. La Chine s'y oppose fermement et a fait des représentations solennelles auprès des Etats-Unis.

Certaines personnes aux Etats-Unis donnent en permanence des leçons à d'autres pays et s'immiscent dans leurs affaires intérieures sous prétexte de « démocratie » et de « droits de l'Homme », tout en fermant les yeux sur les problèmes existant aux Etats-Unis. Le peuple chinois a percé à jour leur hypocrisie et leurs mauvaises intentions. Elles ne sont pas du tout qualifiées pour faire des commentaires déplacés sur la Chine. Toute tentative d'ingérence dans les affaires intérieures de la Chine ou de déstabilisation de notre pays est vouée à l'échec.

Nous conseillons à ces personnes de se regarder dans le miroir et de s'occuper de leurs affaires. Elles doivent cesser de ternir l'image de la Chine, de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine et d'avoir recours à des paroles et à des actes qui minent la confiance et la coopération entre la Chine et les Etats-Unis. Il est grand temps qu'elles s'abstiennent de faire plus d'erreurs. Sinon, elles ne pourront qu'être la risée de la communauté internationale.

Q : Quelqu'un a posé une question sur un panda géant nommé Xiang Xiang il y a quelques jours. Ma question concerne deux pandas géants, appelés Ru Yi et Ding Ding, que la Chine a offerts à la Russie en avril dernier. Dans le contexte où les deux pays célèbrent les 70 ans de leurs relations diplomatiques et où le Président Xi effectuera prochainement une visite d'Etat en Russie, le voyage de ces deux pandas géants en Russie a-t-il une signification particulière ? Quelles activités les deux parties organiseront-elles ?

R : Effectivement, des questions sur les pandas géants sont souvent posées lors de nos conférences de presse. Je pense que cela montre la popularité des pandas géants ainsi que leur statut et leur rôle particuliers dans la diplomatie chinoise.

Comme vous l'avez dit, en avril dernier, le Président Xi Jinping a annoncé la décision de la Chine d'offrir un couple de pandas géants à la Russie pour des recherches communes, lors de sa rencontre avec le Président Poutine à Beijing. Le 29 avril, Ru Yi et Ding Ding ont quitté leur ville natale au Sichuan pour un séjour de 15 ans en Russie. Actuellement, ils sont très bien installés dans le zoo de Moscou.

Le Président Xi Jinping entamera demain sa visite d'Etat en Russie et participera au 23e Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Au cours de la visite, les deux chefs d'Etat participeront à une grande variété d'événements parallèles, dont la cérémonie d'inauguration du Pavillon des pandas géants pour Ru Yi et Ding Ding.

Le programme de protection et de recherche sur les pandas géants aide la Chine et la Russie à mieux protéger les espèces menacées d'extinction, à préserver la biodiversité et à promouvoir les échanges scientifiques, technologiques et culturels. C'est aussi un puissant exemple d'amitié entre nos deux pays. Nous souhaitons à Ru Yi et à Ding Ding santé et bonheur dans leur nouveau domicile en Russie. Nous sommes convaincus qu'ils apporteront beaucoup de bonheur au peuple russe, deviendront un pont d'amitié entre les peuples des deux pays et contribueront à la création d'une atmosphère joyeuse et amicale pour la célébration du 70e anniversaire des relations bilatérales.

Q : Le 3 juin, lors de sa visite aux îles Salomon, le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré que son pays fournirait une aide de 250 millions de dollars australiens aux îles Salomon dans la prochaine décennie pour la construction d'infrastructures. Certains commentateurs pensent que la décision du Premier ministre Morrison vise à endiguer l'influence croissante de la Chine dans la région. Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : J'aimerais tout d'abord préciser que la région des îles du Pacifique n'est la « sphère d'influence » d'aucun pays.

Deuxièmement, la Chine se félicite de la coopération normale et des relations amicales entre les pays de la région. Nous nous félicitons que l'Australie exprime sa volonté d'aider les pays insulaires du Pacifique à accélérer leur développement et espérons qu'elle honorera ses engagements.

Troisièmement, ces dernières années, à la lumière de la bonne conception de la justice et des intérêts ainsi que des principes de sincérité, de pragmatisme, d'amitié et de franchise, la Chine mène avec les pays insulaires du Pacifique une coopération mutuellement bénéfique, qui est chaleureusement accueillie par leurs gouvernements et leurs peuples. Nous souhaitons œuvrer avec tous les pays, y compris l'Australie, pour un meilleur développement des pays insulaires, ainsi que pour la paix et la stabilité dans la région.

Q : Selon les médias, les données des étudiants de l'Université nationale d'Australie ont été piratées. La Chine en est-elle responsable ?

R : Je ne suis pas au courant de ce que vous avez dit.

Je me demande pourquoi la Chine est toujours blâmée pour de tels problèmes. Avant d'accuser d'autres, nous espérons que les pays concernés pourront au moins mettre en lumière les faits. Comme nous l'avons dit à maintes reprises, les cyberattaques sont anonymes et difficiles à localiser. La Chine en est également victime. Nous soutenons toujours que les différents pays défendent conjointement la cybersécurité sur la base de l'égalité et d'une coopération mutuellement bénéfique.

 

Q : Le Bureau du représentant américain au commerce et le Département américain du Trésor ont déclaré le 3 juin dans une déclaration commune que les Etats-Unis étaient déçus du livre blanc publié récemment par la Chine, intitulé « La position de la Chine sur les consultations économiques et commerciales sino-américaines ». Ils ont à nouveau indiqué que la partie chinoise était revenue sur ses engagements et ont déclaré que leurs mesures visaient à mettre fin aux pratiques commerciales déloyales de la Chine. Quelle est la réponse de la Chine à la déclaration de la partie américaine ?

R : La déclaration américaine est pleine de sophismes et fait passer le noir pour le blanc.

La Chine a publié le 2 juin un livre blanc intitulé « La position de la Chine sur les consultations économiques et commerciales sino-américaines ». Ce livre blanc passe en revue de manière complète et précise le processus des consultations économiques et commerciales sino-américaines, en énonçant les faits et les vérités. Comme le livre blanc l'indique clairement, chaque recul dans les consultations économiques et commerciales sino-américaines résulte de la volte-face de la partie américaine, de sa violation du consensus et de ses manquements à ses engagements. Le fait d'accuser la Chine d'avoir « fait marche arrière » est entièrement une tentative de la partie américaine de déformer les faits et de rejeter ses propres fautes sur autrui.

En réponse à l'accusation américaine selon laquelle la Chine mènerait des « pratiques commerciales déloyales », la Chine a publié le 24 septembre dernier un livre blanc intitulé « Les faits et la position de la Chine sur les frictions économiques et commerciales sino-américaines », en réfutant les accusations sans fondement des Etats-Unis contre la Chine en termes de déficit commercial, de droits de propriété intellectuelle et de transfert de technologie. La dernière déclaration de la partie américaine a rabâché les mêmes choses.

Je conseille à la partie américaine de lire attentivement les deux livres blancs publiés par la Chine et de cesser d'être présomptueuse et de se parler à elle-même.

Je voudrais souligner de nouveau qu'il est correct de résoudre les frictions commerciales par le dialogue et la consultation. Un accord mutuellement bénéfique basé sur le respect mutuel, l'égalité et la bonne foi correspond non seulement aux intérêts de la Chine et des Etats-Unis, mais répond également à l'aspiration commune du monde. L'augmentation des droits de douane ne rendra pas l'Amérique « à nouveau grande ». Au contraire, elle fera souffrir les Etats-Unis. La Chine a la détermination et la capacité de défendre ses droits et intérêts légitimes. Nous espérons que la partie américaine pourra avoir une conscience claire de la situation le plus tôt possible, revenir sur la bonne voie et aller dans le même sens que la Chine.

Q : Selon les médias, les militaires du Soudan ont utilisé lundi la force pour disperser un sit-in qui durait des semaines, faisant plus de 30 morts. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : La Chine prend note des derniers développements de la situation au Soudan. Nous espérons que le Soudan pourra maintenir la stabilité, mener à bien la transition politique et se mettre sur la voie du développement normal dès que possible.

 

Q : Nous constatons que le Ministère chinois de l'Éducation a émis hier une alerte concernant les études aux Etats-Unis. Les Etats-Unis ont déclaré nier les accusations sans fondement de la Chine, mais n'ont pris aucune mesure. Avez-vous une réponse à cela ? Par ailleurs, nous notons que le Ministère de la Culture et du Tourisme a émis pour la première fois un rappel de sécurité à l'intention des touristes chinois voyageant aux Etats-Unis. Quel message la Chine tente-t-elle d'envoyer avec ces deux rappels ?

R : Les responsables des départements compétents ont déjà répondu à des questions sur l'alerte émise hier par le Ministère chinois de l'Éducation. En ce qui concerne la réponse des Etats-Unis, je voudrais souligner que les Etats-Unis savent mieux que quiconque ce qu'ils ont fait, les obstacles qu'ils ont dressés et leur impact.

Depuis un certain temps, la partie américaine politise les échanges et la coopération normaux dans le domaine éducatif entre la Chine et les Etats-Unis, sous prétexte de la « menace chinoise » et de la « pénétration chinoise ». Par exemple, la partie américaine qualifie calomnieusement les Instituts Confucius d'« outil de la Chine pour étendre son influence politique et diffuser les valeurs chinoises aux Etats-Unis » ; elle accuse faussement certains étudiants et universitaires chinois de s'être engagés dans des « activités d'espionnage non conventionnelles » et les harcèle sans motif ; elle impose des restrictions de visa aux étudiants chinois spécialisés dans certaines disciplines. Les Etats-Unis ont réexaminé et révoqué le visa de certains citoyens chinois sous prétexte de contre-espionnage et ils ont récemment annulé le visa de 10 ans accordé à certains universitaires chinois spécialisés dans les relations sino-américaines. Ces exemples montrent clairement à quel point les actions des Etats-Unis ont gravement affecté les échanges et la coopération bilatéraux dans le domaine éducatif ainsi que les échanges culturels et humains entre les deux pays.

Je tiens à souligner que la Chine soutient toujours les échanges d'étudiants et la coopération dans les domaines éducatif et socio-culturel avec tous les pays, y compris les Etats-Unis. Cependant, une telle coopération ne devra pas être à sens unique, mais devra reposer sur le respect mutuel et la volonté commune des deux parties.

En ce qui concerne le rappel de sécurité émis cet après-midi par le Ministère de la Culture et du Tourisme à l'intention des touristes chinois, je pense que cela est nécessaire compte tenu de la situation actuelle. La Chine ne l'aurait pas fait si cela n'avait pas été nécessaire.

Depuis un certain temps, les organes américains chargés de l'application de la loi ont harcelé à maintes reprises des citoyens chinois voyageant aux Etats-Unis en utilisant diverses méthodes, telles que les interrogatoires lors des contrôles aux frontières et les entretiens sur place. Par conséquent, le Ministère de la Culture et du Tourisme a émis une alerte de voyage, tandis que le Ministère des Affaires étrangères, l'ambassade et les consulats de Chine aux Etats-Unis ont émis un rappel de sécurité à l'intention des ressortissants chinois aux Etats-Unis. Je pense que c'est ce qu'un gouvernement responsable doit faire.

Dans le même temps, je voudrais souligner que la partie chinoise adopte toujours une attitude ouverte à l'égard des contacts personnels et des échanges socio-culturels normaux entre la Chine et les Etats-Unis, mais ces contacts et échanges devront être fondés sur le respect mutuel.

Q : Quant à l'alerte concernant les voyages aux Etats-Unis émise par le Ministère de la Culture et du Tourisme, est-elle liée aux questions économiques et commerciales sino-américaines ?

R : Comme je viens de le dire, la Chine a pris cette décision en réponse aux circonstances actuelles. Des citoyens chinois ont signalé à l'ambassade et aux consulats de Chine aux Etats-Unis qu'ils avaient été interrogés et harcelés sans motif par les organes américains chargés de l'application de la loi lors de leur entrée et durant leur séjour aux Etats-Unis. La partie chinoise a alors rappelé les citoyens chinois voyageant aux Etats-Unis et les institutions à capitaux chinois aux Etats-Unis à redoubler de vigilance et à prendre des mesures de précaution pour faire face à certaines situations, le cas échéant. C'est ce qu'un gouvernement responsable doit faire.



RECOMMANDER A
       IMPRIMER