Page d'accueil Ambassade infos Relations bilatérales Services consulaires Relation commerciale Liens  
Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères
Conférence de presse du 14 juin 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang


2019/06/14

Sur invitation, Guo Shengkun, Membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), Membre du Secrétariat du Comité central du PCC et Chef de la Commission des affaires politiques et juridiques du Comité central du PCC, se rendra du 16 au 22 juin en Russie pour la 10e Réunion internationale des hauts représentants pour les questions sécuritaires et effectuera une visite au Portugal.

Sur invitation du Conseiller d'Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, María Fernanda Espinosa Garcés, Présidente de la 73e session de l'Assemblée générale des Nations unies, effectuera une visite en Chine du 17 au 20 juin.

Q : Le gouvernement américain a accusé l'Iran d'avoir fomenté les attaques contre deux pétroliers dans le golfe d'Oman. L'Iran a nié. Qui la partie chinoise croit-elle responsable des attaques ?

R : La Chine s'inquiète de la persistance des tensions dans la région du Golfe. Nous espérons que les parties concernées garderont leur sang-froid et feront preuve de retenue, afin d'éviter une nouvelle escalade des tensions. Nous espérons que toutes les parties maintiendront conjointement la sécurité de la navigation dans les eaux concernées ainsi que la paix et la stabilité de la région, ce qui correspond aux intérêts communs de la communauté internationale.

Q : Selon des reportages, les forces houthistes ont lancé mercredi 12 juin une attaque contre un aéroport civil saoudien, causant 26 blessés. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : La Chine condamne l'attaque contre les civils et les infrastructures civiles. Nous espérons que les parties concernées garderont leur sang-froid et feront preuve de retenue afin d'éviter toute action susceptible d'aggraver les tensions dans la région.

Q : La région du Golfe connaît des tensions sans précédent, avec un risque croissant de guerre. Comment la Chine évalue-t-elle l'impact de la situation de la région du Golfe sur les investissements chinois à l'étranger et les intérêts de la Chine ? Si les pays concernés suspendent leurs approvisionnements en pétrole, la Chine aura-t-elle une alternative pour combler ce manque ? En outre, dans le contexte des frictions commerciales sino-américaines, les Etats-Unis pourraient prendre des mesures qui menacent les intérêts de la Chine dans cette région. La Chine est-elle préoccupée par cela ?

R : Votre question est longue et implique de nombreux angles, et je ferai de mon mieux pour vous donner une réponse complète.

JOURNALISTE : J'espère que votre réponse sera longue également.

R : Premièrement, personne ne veut voir de guerre dans la région du Golfe au Moyen-Orient, car cela ne correspond aux intérêts d'aucune partie ni aux intérêts communs de la communauté internationale. Ici, je ne veux pas parler de choses liées à une guerre ni prédire la possibilité d'une guerre.

Deuxièmement, la Chine est préoccupée par les tensions actuelles dans la région du Golfe au Moyen-Orient. Nous espérons que les parties concernées parviendront à résoudre correctement leurs différends par le biais du dialogue et des consultations, afin de défendre conjointement la paix, la stabilité et le développement de la région. Ceci est dans l'intérêt des pays de la région et de la communauté internationale.

Troisièmement, la Chine entretient une coopération normale avec les États du Golfe, y compris dans le domaine de l'énergie. Notre coopération menée dans le cadre du droit international est légitime et doit être respectée et protégée. La Chine continuera de défendre sa sécurité énergétique ainsi que les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises. Je voudrais souligner que la Chine s'oppose fermement aux sanctions unilatérales et à la prétendue juridiction au bras long.

Quatrièmement, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et grand pays influent, la Chine a toujours maintenu la communication avec les pays de la région et les autres grands pays sur la situation dans la région du Golfe. Nous travaillons pour jouer notre rôle et contribuer au maintien de la paix et de la stabilité dans la région du Golfe.

J'espère que ma réponse est assez longue pour vous. (Le journaliste a ri.)

Q : Le Président Xi a rencontré aujourd'hui le Président iranien Rohani à Bichkek. J'ai pris note des informations publiées par le Ministère des Affaires étrangères à ce sujet. Le Président Xi a-t-il discuté des tensions actuelles dans la région du Golfe avec le Président Rohani ?

R : La Chine a publié des informations concernant la rencontre entre le Président Xi et le Président Rohani, vous les avez vues, n'est-ce pas ? (Le journaliste a fait un signe de tête.)

Si vous les avez vues, j'ai peu d'informations supplémentaires à vous communiquer. Comme je viens de le dire en répondant à une question précédente, la Chine est prête à travailler avec les pays de la région et les autres parties concernées pour maintenir la paix et la stabilité dans la région du Golfe. Ceci correspond aux intérêts communs de la communauté internationale.

Q : Le Secrétaire général adjoint des Nations unies pour la lutte contre le terrorisme est en visite au Xinjiang cette semaine. Pourriez-vous nous donner plus de détails sur son programme, tels que les sites à visiter et le but de sa visite ?

R : Sur invitation de la partie chinoise, le Secrétaire général adjoint des Nations unies pour la lutte contre le terrorisme, Vladimir Voronkov, est en visite en Chine. Nous communiquerons plus d'informations en temps voulu.

Q : Vous venez d'annoncer que M. Guo Shengkun se rendra en Russie pour participer à la 10e Réunion internationale des hauts représentants pour les questions sécuritaires. Qui rencontrera-t-il en Russie et quels sujets seront abordés ? Pourriez-vous nous communiquer davantage d'informations ?

R : Le Président Xi Jinping vient d'effectuer avec succès une visite d'Etat en Russie et de participer au 23e Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Il a eu un échange sincère et approfondi avec le Président Poutine. Ils sont parvenus à un consensus important sur le renforcement de la coopération dans divers domaines, en hissant les relations bilatérales vers une nouvelle ère.

Dans ce contexte, la prochaine visite de M. Guo Shengkun en Russie pour participer à la 10e Réunion internationale des hauts représentants pour les questions sécuritaires s'inscrit dans la bonne tradition de la participation annuelle de la Chine à la réunion et constitue une visite importante pour mettre en œuvre le consensus des chefs d'État des deux pays et renforcer leur coopération en matière de sécurité. M. Guo participera à la 10e Réunion internationale des hauts représentants pour les questions sécuritaires et prononcera une allocution. Il rencontrera le Secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, M. Patrushev, et s'entretiendra avec d'autres chefs de délégation. Nous sommes convaincus que cela permettra de faire davantage progresser les relations Chine-Russie et leur coopération en matière de maintien de l'ordre et de sécurité, d'intensifier les échanges bilatéraux et multilatéraux en matière de sécurité, de renforcer la coopération internationale et de contribuer aux efforts visant à relever les menaces et défis du monde dans le domaine sécuritaire.

Q : Les législateurs américains ont récemment réintroduit au Congrès le projet de loi sur les droits de l'Homme et la démocratie de Hong Kong, qui obligerait le gouvernement américain à certifier annuellement l'autonomie de Hong Kong afin de justifier un traitement spécial accordé par la loi américaine de 1992 sur la politique de Hong Kong et à demander au président américain d'identifier les personnes responsables de la répression des libertés à Hong Kong, de geler leurs avoirs et de refuser leur entrée aux Etats-Unis. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : La Chine exprime son vif mécontentement et sa ferme opposition face à la réintroduction par certains membres du Congrès américain du projet de loi concernant Hong Kong, à leurs remarques irresponsables sur les affaires de Hong Kong et à leur ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine.

Hong Kong est une région administrative spéciale (RAS) de la Chine. Les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun pays étranger n'a le droit de s'y immiscer. Depuis la rétrocession de Hong Kong, les principes dits d'« un pays, deux systèmes », de « l'administration de Hong Kong par les Hongkongais » et de haut degré d'autonomie ont été appliqués scrupuleusement. Les droits conférés et la liberté des Hongkongais ont pleinement été garantis conformément à la loi. C'est un fait reconnu par tous ceux qui sont impartiaux.

Les Etats-Unis figurent parmi les principaux partenaires commerciaux de Hong Kong. La prospérité et la stabilité de Hong Kong sont dans l'intérêt des Etats-Unis. Un Hong Kong chaotique va à l'encontre des intérêts américains. Nous exhortons certaines personnes aux Etats-Unis à respecter les faits essentiels, à rejeter l'arrogance et les préjugés, à cesser de se mêler des affaires de Hong Kong, à abandonner la tentative de créer le chaos à Hong Kong, à cesser de promouvoir la mise en délibération du projet de loi concerné et de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, et à s'efforcer d'améliorer la confiance mutuelle et la coopération entre la Chine et les Etats-Unis.

Je tiens à souligner que sont inébranlables la détermination et la volonté de la Chine de sauvegarder sa souveraineté et sa sécurité nationale et ses intérêts de développement. Nous ne craignons aucune menace ni intimidation. Toute tentative visant à semer le chaos à Hong Kong et à miner sa prospérité et sa stabilité rencontrera inévitablement l'opposition de tous les Chinois, y compris les compatriotes de Hong Kong. De telles tentatives sont impopulaires et n'aboutiront jamais.

Q : Le moteur de recherche le plus important en République de Corée, Naver, était partiellement inaccessible en Chine il y a un certain temps. Aujourd'hui, l'ensemble du site web est devenu inaccessible. Est-ce lié à la récente situation à Hong Kong ?

R : Je ne suis pas au courant de ce cas. Je vous conseille de vous informer auprès des départements compétents. Mais je peux vous dire que la Chine réglemente toujours les affaires liées à Internet conformément à la loi.

Q : Selon des sources, la Chine a récemment sauvé un pêcheur vietnamien blessé dans les eaux de la mer de Chine méridionale relevant de la juridiction de la Chine. Pourriez-vous le confirmer et nous donner plus de détails ?

R : Dans la nuit du 5 juin, le Département consulaire du Ministère vietnamien des Affaires étrangères a contacté l'Ambassade de Chine au Vietnam, indiquant qu'un membre blessé de l'équipage du bateau de pêche vietnamien DNa90439TS perdait du sang à tel point que sa vie était menacée et nécessitait des secours d'urgence. Après avoir pris connaissance de la situation, les départements chinois de recherche et de sauvetage en mer ont immédiatement dépêché le bateau Nanhaijiu-117 dans les eaux concernées et retrouvé le bateau de pêche vietnamien le 6 juin à 18h07. Le pêcheur blessé et deux personnes l'accompagnant ont été immédiatement transférés vers l'île de Yongxing, dans la ville de Sansha, en Chine. L'Hôpital du Peuple de la ville de Sansha a examiné avec soin le pêcheur vietnamien blessé, qui présentait des symptômes de saignements dus à un ulcère gastro-intestinal. L'hôpital a pris les mesures appropriées pour lui prodiguer des soins. Ce pêcheur est maintenant dans un état stable et ses signes vitaux sont devenus normaux.

Depuis toujours, le personnel de recherche et de sauvetage maritimes chinois poursuit un esprit humanitaire et risque sa vie pour fournir des services de recherche et de sauvetage prompts et nécessaires aux navires et aux marins en détresse dans les eaux relevant de la juridiction de la Chine. Nous continuerons de faire de notre mieux pour fournir une assistance pour la recherche et le sauvetage en mer.

Q : Le Président Xi Jinping a-t-il parlé avec le Président Rohani des attaques contre deux pétroliers dans le Golfe d'Oman ?

R : Comme je viens de le dire, nous avons publié des informations concernant la rencontre entre le Président Xi Jinping et le Président Rohani. Je n'ai aucune information supplémentaire à vous communiquer.

Q : L'Ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, Liu Xiaoming, a déclaré que le gouvernement central n'avait jamais demandé au gouvernement de la RAS de Hong Kong de modifier ses ordonnances. Le Ministère des Affaires étrangères peut-il le confirmer ?

R : Si vous suivez cette question, vous devez prendre note que le gouvernement de la RAS de Hong Kong a communiqué à maintes reprises des informations concernant la modification de ses ordonnances ainsi que ses considérations. Je tiens à rappeler que le gouvernement central soutient fermement les efforts du gouvernement de la RAS de Hong Kong pour promouvoir la modification des deux ordonnances.

Q : Le Représentant permanent de la Chine auprès de l'Office des Nations unies à Genève a récemment déclaré avoir ouvertement invité la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme à se rendre dans le Xinjiang. Pourriez-vous présenter le programme de la visite ? La Haut-Commissaire peut-elle effectuer des visites sans la compagnie de fonctionnaires chinois ?

R : En novembre dernier, lors du troisième cycle de l'Examen périodique universel à l'ONU, la Chine a invité ouvertement la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, à effectuer une visite en Chine à un moment opportun.

Récemment, la Chine a invité plusieurs missions étrangères à se rendre dans le Xinjiang, et cette invitation a également été envoyée au Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme. Nous encourageons toutes les parties à visiter le Xinjiang en observant les lois chinoises. Parallèlement, nous ne permettrons jamais à quiconque de profiter de l'occasion d'une visite dans le Xinjiang pour s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine et miner sa souveraineté et son intégrité territoriale à des fins politiques.

Q : La Chine a exprimé à plusieurs reprises son opposition à l'ingérence étrangère dans les affaires de Hong Kong. Est-ce basé sur des preuves ?

R : Comme vous l'avez sûrement remarqué, ces derniers temps, certains pays occidentaux ont fait de nombreuses remarques irresponsables et erronées sur la modification des ordonnances par le gouvernement de la RAS de Hong Kong. Ils font des commentaires déplacés et se posent en donneurs de leçon sur les affaires de Hong Kong. Certains politiciens occidentaux soutiennent ouvertement ceux qui sont opposés à la Chine et cherchent à déstabiliser Hong Kong. Les consulats généraux de certains pays à Hong Kong ont fait à maintes reprises des remarques erronées en semant la discorde et en versant de l'huile sur le feu, au mépris du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales. Ces faits sont très clairs pour tous.

Je tiens à souligner que Hong Kong est une région administrative spéciale de la Chine, que ses affaires sont purement des affaires intérieures de la Chine et qu'aucun pays, organisation ou individu n'a le droit de s'y immiscer. Je voudrais rappeler à certains pays et certaines personnes que la Chine persévère fermement dans l'application du principe « un pays, deux systèmes » et que sa détermination et sa volonté de sauvegarder sa souveraineté et sa sécurité nationales et ses intérêts de développement sont inébranlables. Toute tentative visant à semer le chaos à Hong Kong et à miner sa prospérité et sa stabilité rencontrera inévitablement l'opposition de tous les Chinois, y compris les compatriotes de Hong Kong. De telles tentatives sont impopulaires et n'aboutiront jamais.



RECOMMANDER A
       IMPRIMER