Page d'accueil Ambassade infos Relations bilatérales Services consulaires Relation commerciale Liens  
Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères
Conférence de presse du 19 juillet 2019 tenue le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang


2019/07/19

Sur invitation du Ministre brésilien des Affaires étrangères, Ernesto Araujo, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, participera à la réunion formelle des Ministres des Affaires étrangères des BRICS et effectuera une visite officielle au Brésil du 24 au 26 juillet. Durant sa visite, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, tiendra également, avec le Ministre des Affaires étrangères Araujo, le troisième dialogue stratégique global sino-brésilien au niveau des Ministres des Affaires étrangères.

Sur invitation du Ministre chilien des Affaires étrangères, Teodoro Ribera, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, effectuera une visite officielle au Chili du 26 au 28 juillet.

Q : Le Ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré dans une interview que « si les États-Unis le souhaitent, l'Iran peut ratifier le protocole additionnel de l'AIEA, mais les États-Unis doivent lever les sanctions imposées à l'Iran ». Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous estimons toujours que la mise en œuvre complète et efficace du Plan d'action global commun (PAGC) conformément aux exigences de la résolution des Nations unies est le seul moyen réaliste et efficace d'atténuer les tensions et de résoudre la question du nucléaire iranien. Dans les circonstances actuelles, toutes les parties doivent garder leur sang-froid, faire preuve de retenue et persévérer pour résoudre la question par le dialogue dans le cadre du PAGC. Parallèlement, elles doivent assumer leurs responsabilités pour assurer l'équilibre des droits et obligations dans le cadre du PAGC, en particulier les dividendes économiques de l'Iran, et préserver l'efficacité de l'accord.

Nous avons pris note des remarques concernées du Ministre des Affaires étrangères Zarif et pensons qu'il a envoyé un signal positif en faveur de la recherche d'une solution de compromis. Nous espérons que les États-Unis y répondront positivement, abandonneront les pratiques erronées consistant à exercer une pression extrême sur l'Iran, dont l'imposition de sanctions, s'abstiendront d'entraver la mise en œuvre du PAGC, respecteront les droits et intérêts légitimes de toutes les parties et créeront les conditions nécessaires au règlement des préoccupations respectives dans un esprit de respect mutuel et par un dialogue sur un pied d'égalité.

Q : Selon des reportages, les États-Unis voudraient créer une coalition militaire internationale pour préserver la liberté de navigation à proximité du détroit d'Ormuz et du détroit de Bab el-Mandeb. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons vu des reportages concernés, mais ne sommes pas au courant de la situation spécifique pour l'instant.

La région du Golfe est importante pour l'approvisionnement énergétique international ainsi que pour la sécurité et la stabilité mondiales. Nous espérons que les parties concernées pourront conjointement garantir la sécurité du passage dans les détroits concernés et la paix et la stabilité régionales. Bien entendu, la sécurité du passage des navires chinois doit également être garantie.

Q : Le Département du Trésor américain a annoncé le 18 juillet l'imposition à l'Iran de sanctions unilatérales visant son programme d'enrichissement nucléaire, impliquant quatre sociétés chinoises. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : La Chine s'oppose fermement à l'imposition, par les États-Unis en invoquant leur droit national, de sanctions unilatérales et de la prétendue « juridiction au bras long » à la Chine et aux autres pays. Nous exhortons les États-Unis à corriger immédiatement leurs pratiques erronées et à respecter scrupuleusement les droits et intérêts légitimes des autres parties. Nous avons fait des représentations auprès des États-Unis à cet égard.

La pression extrême exercée sur l'Iran par les États-Unis au moyen de sanctions unilatérales et de la « juridiction au bras long » est à l'origine des tensions actuelles autour de la question du nucléaire iranien. Nous exhortons les États-Unis à répondre aux préoccupations de la communauté internationale et à revenir sur la bonne voie pour maintenir le PAGC.

En ce qui concerne la question de la non-prolifération, la position de la Chine est très claire. Nous nous opposons fermement à toute forme de prolifération nucléaire, respectons scrupuleusement les obligations internationales en la matière et attachons une grande importance à la coopération internationale en matière de non-prolifération, à la lumière des principes de respect mutuel, d'égalité et d'avantages mutuels.

Q : Première question, le Parlement européen a adopté le 18 juillet une résolution demandant au gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong de retirer le projet de modification et de libérer les manifestants arrêtés. Avez-vous des commentaires à faire à ce propos ? Deuxième question, des manifestants de Hong Kong chercheraient un « refuge » dans la région de Taïwan et aux États-Unis. Tsai Ing-wen, leader de la région de Taïwan, a déclaré que ces amis de Hong Kong seraient traités de manière appropriée pour des raisons humanitaires. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

R : En ce qui concerne votre première question, vous avez posé une question similaire hier, n'est-ce pas ?

JOURNALISTE : À ce moment-là, la résolution n'avait pas encore été adoptée.

R : J'aimerais souligner que les affaires de Hong Kong relèvent purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun gouvernement, organisation ou individu étranger n'a le droit de s'y immiscer. La résolution concernée du Parlement européen fait fi des faits et confond le juste et l'injuste, en critiquant avec force gestes autoritaires les efforts du gouvernement de la RAS de Hong Kong visant à gouverner conformément à la loi et les politiques du gouvernement central à l'égard de Hong Kong. La Chine exprime son mécontentement vif et son opposition ferme à cet égard. Nous avons fait de sévères représentations auprès de l'UE.

L'UE doit respecter scrupuleusement la souveraineté de la Chine et les faits fondamentaux. Elle ne doit pas intervenir dans les affaires de Hong Kong sous quelque forme que ce soit, ou, pire encore, soutenir ceux qui enfreignent la loi par la violence en perturbant l'ordre social de Hong Kong. Si tel est le cas, les conséquences ne pourront que se répercuter sur elle-même.

Votre deuxième question, comme je vous l'ai rappelé plus d'une fois, n'est pas une affaire diplomatique. Je vous conseille de vous informer auprès des départements compétents.

JOURNALISTE : J'ai mentionné les États-Unis.

R : Notre position est très claire : nous nous opposons fermement à toute ingérence dans les affaires de Hong Kong et dans les affaires intérieures de la Chine de la part de tout gouvernement, organisation ou individu étranger.

Quant aux remarques de certaines personnes à Taïwan, je vous conseille de vous informer auprès des départements compétents. Mais puisque cela vous intéresse tellement, je dois dire quelque chose de plus. Je conseille à certaines personnes à Taïwan de ne pas feindre d'être généreuses, car elles se trouvent maintenant dans une situation pitoyable.

Q : Selon des reportages, la Commission des pêches du Pacifique Nord serait parvenue à un accord sur la pêche du saury. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : C'est vous qui me l'apprenez. J'ai besoin de vérifier.

Q : Première question, l'USTR a déclaré tôt ce matin que le Représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le Secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, avaient eu un entretien téléphonique avec des négociateurs chinois. Nous avons contacté les départements compétents pour obtenir des commentaires, mais ils n'ont pas encore répondu. Avez-vous plus d'informations à ce sujet ? Deuxième question, lors d'une récente réunion sur la liberté de religion, le Vice-Président Pence et le Secrétaire d'État Pompeo ont fait des remarques acerbes sur la liberté de religion en Chine. Avez-vous des commentaires à faire à ce propos ?

R : Concernant votre première question, d'après ce que je sais, les chefs des équipes chinoise et américaine ont eu un nouvel entretien téléphonique. Ils ont discuté de la mise en œuvre du consensus atteint par les deux présidents lors de leur rencontre à Osaka.

En ce qui concerne votre deuxième question, la soi-disant réunion ministérielle sur « la promotion de la liberté de religion » récemment tenue par les États-Unis diffame et discrédite la politique religieuse de la Chine et sa situation en matière de liberté de croyance religieuse. C'est une ingérence dans nos affaires intérieures. Nous sommes vivement mécontents à cet égard et nous nous y opposons fermement. Nous avons fait des représentations sévères auprès de la partie américaine.

MM. Pence et Pompeo ont fait des remarques totalement dénuées de fondement concernant la Chine lors de la réunion ministérielle. Ils ont même fait cause commune avec des membres de la secte. Pour eux, la liberté de religion n'est qu'un prétexte et un moyen de calomnier d'autres pays, de saper la bonne entente entre leurs ethnies et de s'ingérer dans leurs affaires intérieures.

Je dois souligner ceci : en Chine, les populations de tous les groupes ethniques jouissent pleinement de la liberté de croyance religieuse conformément à la loi. Le gouvernement chinois protège la liberté de croyance religieuse et les droits concernés de nos citoyens en fonction de la loi. Parallèlement, nous n'autorisons aucune activité criminelle menée sous le prétexte de la religion. Nous nous opposons à toute ingérence de tout pays et de toute force dans nos affaires intérieures sous prétexte de la liberté de religion.

Les centres d'enseignement et de formation professionnels du Xinjiang sont mis en place conformément à la loi. Il s'agit d'une mesure efficace prise par la Chine pour garantir autant que possible le droit à l'existence, le droit au développement et les autres droits fondamentaux aux populations locales. Nous espérons que les États-Unis ne feront plus de tels commentaires erronés sans fondement qui vont même à l'encontre du sens commun.

Nous exhortons les États-Unis à respecter les faits, à rejeter les préjugés, à envisager correctement la politique religieuse de la Chine et sa situation en matière de liberté de croyance religieuse, et à cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures des autres pays en utilisant les questions liées à la religion.

Q : Une autre question sur l'entretien téléphonique entre les équipes des consultations économiques et commerciales chinoise et américaine. Les « chefs » de l'équipe chinoise sont-ils le Vice-Premier ministre Liu He et le Ministre Zhong Shan ?

R : Comme je viens de le dire, les chefs des deux équipes ont eu un nouvel entretien téléphonique. Le chef de l'équipe chinoise est, bien entendu, le Vice-Premier ministre Liu He.

Q : Première question, lors de cet entretien téléphonique, les équipes des consultations économiques et commerciales chinoise et américaine ont-elles décidé de se rencontrer à Beijing la prochaine fois ? Deuxième question, le Secrétaire américain au Trésor Mnuchin a déclaré qu'il restait beaucoup de questions compliquées à traiter et qu'il restait un long chemin à parcourir avant de parvenir à un accord. Les États-Unis sont déçus de la marche arrière sur certains sujets. Avez-vous des commentaires à faire à ce propos ?

R : Sur votre première question, les deux équipes restent toujours en communication. J'ai déjà confirmé le récent entretien téléphonique entre les chefs des deux équipes.

Je vous conseille de vous informer auprès des départements compétents pour les détails.

En ce qui concerne votre deuxième question, je ne suis pas au courant de cela, mais j'ai répondu avant-hier à une question sur les remarques du Président Trump, qui avait déclaré qu'il restait encore beaucoup à faire avant de parvenir à un accord entre la Chine et les États-Unis. J'ai cité un dicton chinois : « Une longue marche commence par le premier pas ». C'est aussi ma réponse aux commentaires du Secrétaire au Trésor Mnuchin.

Résoudre les frictions économiques et commerciales par le dialogue et la consultation est la bonne direction à suivre par la Chine et les États-Unis. Nous devons persévérer dans cette voie. Ce ne sera sûrement pas un processus facile, car après tout, nous n'avons toujours pas trouvé d'accord après 11 cycles de consultations. Comme nous le répétons sans cesse, dans ce processus, les deux parties doivent faire preuve de détermination, de confiance et de persévérance. Sur la base du respect mutuel et du traitement d'égal à égal, nous devons travailler ensemble pour la conclusion rapide d'un accord mutuellement bénéfique.

Q : Hier, le Porte-parole a fait une annonce concernant la visite du Prince héritier des Émirats arabes unis Mohammed en Chine. Pourriez-vous nous communiquer plus d'informations en la matière ?

R : Mon collègue a publié des informations hier. Sur invitation du Président Xi Jinping, Sheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, Prince héritier d'Abou Dhabi des Émirats arabes unis, effectuera une visite d'État en Chine du 21 au 23 juillet.

Au cours de la visite, le Président Xi Jinping s'entretiendra avec lui. Le Premier ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'APN, Li Zhanshu, le rencontreront respectivement. Les dirigeants des deux pays procéderont à un échange de vues sur les relations bilatérales et les questions d'intérêt commun.

Les Émirats arabes unis sont un partenaire important de la Chine dans la région du Golfe et au Moyen-Orient. Les relations entre la Chine et les Émirats arabes unis ont connu un développement global, rapide et approfondi au cours des dernières années. S'attachant au traitement d'égal à égal et au respect mutuel, nous avons établi un partenariat stratégique global. Nous nous sommes montrés compréhensifs et nous nous sommes mutuellement prêté soutien sur les questions touchant à nos intérêts vitaux et à nos préoccupations majeures. Nous avons mené des échanges socio-culturels étroits et une coopération fructueuse dans les domaines de l'énergie, des infrastructures, des investissements, des finances, des capacités industrielles et des nouvelles technologies.

La prochaine visite d'État du Prince héritier Mohammed est sa deuxième visite en Chine en l'espace d'environ quatre ans. Nous espérons profiter de cette visite importante pour consolider davantage l'amitié traditionnelle, renforcer la confiance politique mutuelle, approfondir la coopération bilatérale dans divers domaines dans le cadre de la construction conjointe de « la Ceinture et la Route » et œuvrer à un plus grand développement du partenariat stratégique global entre la Chine et les Émirats arabes unis dans cette nouvelle ère.

Q : Le gouvernement australien a publié aujourd'hui une déclaration selon laquelle il était profondément déçu que le citoyen australien Yang Jun ait été placé en détention en Chine. Pourriez-vous nous donner plus de détails sur les raisons de son placement en détention ? Quelle est la réponse de la Chine à la déclaration de l'Australie ?

R : Mon collègue a répondu hier à des questions similaires et j'aimerais à nouveau énoncer notre position.

Le ressortissant australien Yang Jun est soupçonné d'activités criminelles mettant en danger la sécurité nationale de la Chine. Le Bureau de la Sûreté de l'État de Beijing a pris des mesures impératives à son encontre et poursuit toujours son enquête conformément à la loi. Les organes de la sécurité nationale de la Chine traiteront l'affaire dans le strict respect de la loi et des procédures légales et protégeront pleinement les droits légitimes de Yang.

La Chine exprime son vif mécontentement à l'égard de la déclaration du Ministre australien des Affaires étrangères, exhorte la partie australienne à s'abstenir de toute ingérence dans le traitement de l'affaire par la partie chinoise conformément à la loi et à cesser de faire des remarques irresponsables.

Q : Hier, M. Lu Kang a mentionné son changement de poste. Pourriez-vous nous dire qui sera son successeur ?

R : Si vous nous suivez de près, vous savez que les noms des principaux responsables de département sont publiés sur le site Web du Ministère des Affaires étrangères. Si cela vous intéresse, vous pourrez suivre de près notre site Web et vous trouverez la réponse à votre question dans les informations mises à jour.

Q : Vous venez d'annoncer la visite du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi au Brésil pour la réunion des Ministres des Affaires étrangères des BRICS. Pourriez-vous fournir plus de détails ? Rencontrera-t-il le Ministre russe des Affaires étrangères ? Quels sujets aborderont-ils s'ils se rencontrent ?

R : La réunion des Ministres des Affaires étrangères des BRICS est un événement important pour la coopération des BRICS cette année. Les Ministres des Affaires étrangères des BRICS auront un échange de vues approfondi sur la situation internationale actuelle, les questions d'actualité internationales et régionales d'importance majeure et la coopération pragmatique des BRICS. Dans les circonstances actuelles complexes et changeantes, nous espérons et sommes convaincus que cette réunion des Ministres des Affaires étrangères aboutira à des résultats positifs, émettra un fort message en faveur du multilatéralisme, des normes fondamentales régissant les relations internationales ainsi que de l'unité et de la coopération des BRICS, et permettra de faire des préparatifs politiques à la réunion des dirigeants des BRICS à Brasilia.

La Chine et la Russie sont des membres importants de la coopération des BRICS et les deux pays maintiennent une coordination et une coopération étroites et efficaces dans le cadre des BRICS et d'autres enceintes multilatérales.

Quant à savoir si le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi rencontrera le Ministre des Affaires étrangères Lavrov, nous ne pouvons pas le confirmer pour le moment. Mais je pense qu'il est tout à fait normal que les deux Ministres des Affaires étrangères échangent pleinement et de manière opportune leurs points de vue à de telles occasions.

Q : Le gouvernement malaisien a déclaré qu'il avait mené des exercices à tir réel dans des zones contestées de la mer de Chine méridionale. Avez-vous des commentaires à faire à ce propos ?

R : Selon des reportages, la Malaisie a mené un exercice militaire en mer de Chine méridionale et la partie chinoise est en train de s'informer de la situation spécifique.

Q : L'affaire du meurtre de la chercheuse invitée chinoise Zhang Yingying, qui a suscité beaucoup d'attention, a été tranchée. Le suspect, Brendt Christensen, a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous suivons de près le procès concernant cette affaire et avons noté que la famille de Zhang Yingying avait déjà fait une déclaration à ce sujet.

Nous exprimons une nouvelle fois notre forte indignation et notre condamnation du comportement odieux du meurtrier. La privation délibérée et illégale de la vie d'une autre personne est le crime le plus grave. Nous soutenons toujours que la justice doit être rendue par des moyens juridiques et que le criminel doit être puni afin que de telles tragédies ne se reproduisent plus.

Le gouvernement chinois attache une grande importance à la protection de la sécurité ainsi que des droits et intérêts légitimes des citoyens chinois à l'étranger. Notre ministère ainsi que nos ambassade et consulats aux États-Unis continueront de suivre l'évolution de cette affaire et fourniront l'assistance nécessaire à la famille de Zhang Yingying pour le traitement des questions concernées.

A l'issue de la conférence de presse, la question suivante a été posée : Nombre de personnes ont été tuées et blessées dans un incendie provoqué dans un studio d'animation de Kyoto. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

Geng Shuang : Nous avons pris note des reportages concernés et nous sommes profondément attristés par les lourdes pertes humaines causées par cet événement. Nous exprimons nos condoléances à la partie japonaise, pleurons les victimes et souhaitons un prompt rétablissement aux personnes blessées.



RECOMMANDER A
       IMPRIMER