Page d'accueil Ambassade infos Relations bilatérales Services consulaires Relation commerciale Liens  
Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères
Conférence de presse du 10 septembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying


2019/09/10

Q : Selon les médias, le Ministre allemand des Affaires étrangères, Maas, a salué la libération sous caution de Joshua Wong et l'a rencontré dans la soirée du 9 septembre à Berlin. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ? A-t-elle déposé une représentation auprès de la partie allemande ? Compte tenu de la récente visite de la Chancelière Merkel en Chine, pensez-vous que ce geste de la partie allemande affectera les relations bilatérales ?

R : La partie allemande a autorisé un séparatiste de Hong Kong à entrer sur son territoire pour entreprendre des activités séparatistes anti-Chine, et le Ministre allemand des Affaires étrangères Maas a ouvertement pris contact avec lui. La partie chinoise est vivement mécontente et s'oppose fermement à cela. Nous avons déposé des représentations solennelles auprès de la partie allemande.

Permettez-moi de souligner à nouveau ce qui suit. Les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun gouvernement, organisation ou individu étranger n'a le droit de s'y immiscer. Tout propos, acte ou tentative de quiconque pour tenter d'élever sa position en s'appuyant sur les forces étrangères et de séparer le pays est voué à l'échec. Il est tout à fait erroné que certains médias et politiciens allemands mettent en scène des spectacles politiques en utilisant des séparatistes anti-Chine pour attirer l'attention. Ceci témoigne d'un manque de respect pour la souveraineté de la Chine et constitue une ingérence dans les affaires intérieures de la Chine.

Au cours de sa visite en Chine la semaine dernière, la Chancelière Merkel a clairement exprimé son soutien au principe dit « un pays, deux systèmes » et son opposition à la violence. Nous ne pouvons pas nous empêcher de poser cette question : quelle est l'intention de la partie allemande d'autoriser la visite de Joshua Wong en Allemagne et sa rencontre avec le Ministre des Affaires étrangères Maas à ce moment précis ? Nous exhortons la partie allemande à honorer son engagement et à s'abstenir d'envoyer des signaux erronés aux séparatistes radicaux de Hong Kong. Nous exhortons également le Ministre des Affaires étrangères Maas à respecter le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales et à contribuer au développement des relations sino-allemandes plutôt que de les saper.

Q : Huawei a abandonné une action en justice lancée en juin dernier contre des organismes gouvernementaux américains après que Washington lui eut restitué le matériel saisi pendant deux ans. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : J'ai noté les reportages concernés. Le gouvernement américain a récemment restitué à Huawei le matériel de télécommunication qu'il avait saisi sans motif, il y a deux ans, ce qui est une reconnaissance de facto de la nature illégale et arbitraire de son mauvais comportement.

La Chine s'oppose fermement à ce que les Etats-Unis aient fabriqué de fausses accusations contre des entreprises chinoises et abusé du pouvoir d'Etat pour les réprimer. Une telle pratique est scandaleuse et immorale et va à l'encontre du principe de l'économie de marché que les Etats-Unis vantent depuis toujours. Cela minera gravement la réputation et la crédibilité des Etats-Unis, ainsi que la confiance d'autres pays dans leur coopération avec les Etats-Unis.

Comme je l'ai également noté, le président de Microsoft a déclaré dans une interview à Bloomberg Businessweek que le gouvernement américain ne devrait pas prendre de mesures restrictives à l'encontre de Huawei en l'absence de base solide au niveau des faits, de la logique et de la loi.

Nous exhortons les Etats-Unis à écouter les appels rationnels des personnalités des divers milieux, à cesser d'abuser du concept de sécurité nationale et de réprimer certaines entreprises chinoises, et à créer un environnement commercial équitable, juste et non discriminatoire pour les entreprises chinoises qui développent des activités aux Etats-Unis.

Q : Selon des reportages, 60 organisations scientifiques américaines ont récemment publié une lettre ouverte, appelant le gouvernement américain à cesser d'opprimer les chercheurs scientifiques étrangers et d'entraver la coopération scientifique internationale. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous avons noté les reportages concernés. Ce n'est pas la première fois que la communauté scientifique américaine se déclare explicitement opposée à l'oppression par le gouvernement de scientifiques étrangers et à la limitation d'échanges internationaux dans le domaine de la science et de la technologie.

Il y a peu, environ 150 chercheurs américains de premier plan ont cosigné une lettre exprimant leur opposition quant à l'approche adoptée par le gouvernement américain et certaines universités visant à opprimer les scientifiques chinois et ceux d'origine chinoise. Il y a quelques jours à peine, le président de l'Université de Columbia a publié un article signé remettant en cause la politique du gouvernement américain visant les étudiants et les universitaires internationaux. Il s'est déclaré opposé à ce que les organes chargés de l'application de la loi et les services de renseignements américains aient demandé aux universités de surveiller les étudiants et les universitaires invités originaires de Chine et d'autres pays. Il estime que cela va à l'encontre de l'engagement des universités américaines en matière d'ouverture et de diversité.

Les responsables de nombreuses universités et organisations scientifiques renommées aux Etats-Unis ont exprimé leur soutien à l'échange de talents et à la coopération internationale dans le domaine de la science et de la technologie. Ils s'opposent aux restrictions injustifiées imposées par les organes chargés de l'application de la loi et les services de renseignements américains sur les échanges entre la Chine et les Etats-Unis dans les domaines de la science, de la technologie et de l'éducation. Cela montre que le renforcement des échanges culturels et humains entre la Chine et les Etats-Unis répond aux aspirations du peuple et correspond aux intérêts communs des deux parties. Nous espérons que les autorités américaines compétentes écouteront attentivement la voix de la raison aux Etats-Unis et au sein de la communauté internationale, cesseront de restreindre gratuitement et de harceler des étudiants et des universitaires chinois aux Etats-Unis, protégeront leurs droits et intérêts légitimes et contribueront de leur mieux à la promotion des échanges culturels et humains entre la Chine et les Etats-Unis ainsi que des échanges scientifiques et technologiques, culturels et éducatifs internationaux.

Q : Une ressortissante chinoise nommée Zhang Yujing a été poursuivie aux Etats-Unis, accusée d'avoir pénétré illégalement à Mar-a-Lago en Floride. Le gouvernement chinois lui apporte-t-il un soutien ? Travaillait-elle pour le gouvernement chinois ?

R : Qui a dit qu'elle travaillait pour le gouvernement chinois ?

JOURNALISTE : Certaines personnes aux Etats-Unis la soupçonnent de travailler pour le gouvernement chinois. Elle a nié cela. Pourriez-vous nous dire si elle travaille pour le gouvernement chinois ? Les diplomates chinois aux Etats-Unis lui fournissent-ils un soutien consulaire ?

R : Vous avez dit que certaines personnes aux Etats-Unis soupçonnent cela. Dernièrement, il y a eu tant de suspicions de la part des Etats-Unis. Mais est-ce qu'une seule d'entre elles s'est avérée vraie ? Certaines personnes aux Etats-Unis pourraient devenir des maîtres en fictions scientifiques ou films de science-fiction. Dans la vraie vie, cependant, ce qu'ils profèrent est simplement ridicule.

En ce qui concerne la personne que vous avez mentionnée, je ne suis au courant d'aucun lien entre elle et le gouvernement chinois. Nous demandons aux Etats-Unis de traiter l'affaire de manière juste et appropriée, conformément à la loi, et de protéger la sécurité de la citoyenne chinoise en question, ainsi que ses droits et intérêts légitimes.

Q : S'exprimant lors du deuxième Forum mondial pour le développement des entreprises du Taihu de l'Ouest qui vient de s'achever, le président de la Chambre de commerce américaine en Chine (AmCham China), Tim Stratford, a déclaré que la confiance des membres de l'AmCham China dans l'ouverture du marché par le gouvernement chinois était à un niveau historique. Plus de la moitié de ses membres considèrent toujours la Chine comme l'une de leurs trois premières destinations d'investissement dans le monde. Près de 80% des membres pensent que l'environnement d'investissement en Chine s'améliore. Les remarques de M. Stratford contrastent fortement avec les propos de certaines personnes aux Etats-Unis selon lesquels des entreprises étrangères « fuient la Chine ». Comment voyez-vous ces opinions contradictoires ?

R : Les connaissances élémentaires de l'économie nous disent que le capital sait le mieux où investir lui-même. Si vous souhaitez connaître la situation économique et l'environnement commercial de la Chine, les entreprises sont bien placées pour vous la décrire. Etant donné que l'AmCham China représente 900 sociétés américaines développant des activités en Chine, les points de vue de ses membres peuvent sembler représentatifs et en disent long.

Il y a peu, une enquête publiée par l'US Business Council a révélé que 97% des entreprises américaines interrogées réalisaient des bénéfices en Chine et que la Chine était l'un des marchés les plus importants pour les entreprises américaines. 83% des entreprises américaines interrogées ont déclaré ne pas avoir réduit ou arrêté leurs investissements en Chine au cours des 12 derniers mois.

Comme l'ont souligné à maintes reprises les dirigeants chinois, la Chine tient son engagement en matière d'élargissement de son ouverture. Un nombre croissant d'entreprises étrangères bénéficient d'avantages tangibles au cours d'un nouveau cycle d'ouverture de la Chine. La Chine encouragera comme toujours les entreprises étrangères à augmenter leurs investissements en Chine et partagera avec elle les opportunités offertes par le développement de la Chine.

Q : Le troisième dialogue des Ministres des Affaires étrangères Chine-Afghanistan-Pakistan s'est tenu le 7 septembre à Islamabad. Il a été rapporté que de nombreux nouveaux résultats ont été atteints. Pourriez-vous partager plus d'informations avec nous ?

R : En effet, le troisième dialogue des Ministres des Affaires étrangères Chine-Afghanistan-Pakistan s'est tenu le 7 septembre à Islamabad.

Ce dialogue trilatéral s'est tenu dans un contexte international et régional particulier. Actuellement, l'unilatéralisme, le protectionnisme et les intimidations font fureur dans le monde, et les intérêts des pays en développement sont confrontés à des menaces et à des défis. La situation en Asie du Sud connaît des changements profonds et complexes, certaines questions litigieuses léguées par l'histoire se sont de nouveau posées, la paix et la stabilité dans la région ont été affectées. La Chine, l'Afghanistan et le Pakistan ont la volonté de maintenir la paix et la stabilité régionales et d'assurer une stabilité durable dans la région, demandent de promouvoir la construction de « la Ceinture et la Route » et l'interconnexion régionale, et aspirent au développement durable et à l'amélioration du bien-être de la population. A travers ce dialogue des Ministres des Affaires étrangères, les trois parties travaillent à l'approfondissement de la coopération dans les domaines de l'économie, du commerce, de la culture et de l'interconnexion, dans la construction conjointe de « la Ceinture et la Route » et dans la lutte contre les forces terroristes, telles que le « Mouvement islamique du Turkestan oriental », afin de maintenir la paix et la stabilité et de promouvoir le développement et la prospérité dans la région. Le Conseiller d'Etat Wang Yi a présenté les résultats de ce dialogue lors d'une conférence de presse. Nous estimons que cinq consensus importants ont été atteints.

Premièrement, les trois parties ont hautement apprécié les résultats de ce dialogue. Elles estiment que la coopération Chine-Afghanistan-Pakistan, en tant que nouveau type de coopération sous-régionale, répond aux aspirations des peuples de la région à la paix et au développement, se caractérise par l'égalité, l'ouverture, le pragmatisme et une grande efficacité, et déborde de vitalité.

Deuxièmement, les trois parties estiment que la situation en Afghanistan est entrée dans un moment critique et appellent les troupes étrangères à se retirer de manière coordonnée et responsable. La Chine et le Pakistan attendent que le gouvernement afghan et les talibans parviennent à la réconciliation par le biais de négociations pacifiques. Nous appelons toutes les parties en Afghanistan à entamer dès que possible des négociations internes selon le principe dit « de domination et de contrôle par les Afghans » et à explorer un arrangement politique acceptable pour tous afin de réaliser la paix et la reconstruction en Afghanistan dans les meilleurs délais.

Le Conseiller d'Etat et Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a proposé les trois principes régissant le futur arrangement politique : celui-ci doit être largement représentatif et inclusif ; il faut lutter inébranlablement contre le terrorisme ; et il faut poursuivre une politique étrangère de paix et d'amitié. C'est une solution à la question afghane selon la perspective chinoise.

Troisièmement, les trois parties estiment que l'amélioration des relations entre l'Afghanistan et le Pakistan revêt une grande importance pour la paix, la stabilité et le développement des deux pays, voire de la région. Elles ont apprécié positivement les efforts fructueux déployés par l'Afghanistan et le Pakistan pour améliorer leurs relations bilatérales depuis le lancement du dialogue trilatéral. La Chine apprécie le sens des responsabilités et le courage politique dont font preuve les dirigeants afghan et pakistanais. Elle est disposée à continuer de fournir un soutien et une aide aux deux pays pour mener leur dialogue, améliorer leurs relations et renforcer leur coopération.

Quatrièmement, les trois parties ont convenu d'explorer les moyens de faire progresser la coopération trilatérale dans le cadre de la construction conjointe de « la Ceinture et la Route ». Les trois parties renforceront l'interconnexion, étendront le Corridor économique Chine-Pakistan en Afghanistan et travailleront avec des partenaires internationaux à la construction d'une autoroute reliant Kaboul et Peshawar. Elles mèneront la coopération dans le domaine social et du bien-être de la population, en mettant en œuvre des projets concrets élaborés d'un commun accord, tels que des systèmes d'approvisionnement en eau potable, des entrepôts frigorifiques, des stations sanitaires et des centres d'accueil d'entrée et de sortie aux postes-frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan. Elles approfondiront les échanges culturels et humains, en mettant en place des programmes d'échange et de formation à l'intention de diplomates, d'archéologues, de sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, de médias et de groupes de réflexion.

Cinquièmement, les trois parties approfondiront leur coopération en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. Elles se sont mises d'accord sur une liste de projets visant à mettre en œuvre le mémorandum d'entente sur la coopération en matière de lutte contre le terrorisme et sont convenues d'intensifier leur coopération dans des domaines tels que le renforcement des capacités en matière de lutte contre le terrorisme et la lutte contre les stupéfiants. Elles renforceront également le partage des renseignements et la coopération en matière d'application de la loi et continueront de combattre résolument le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » et les autres forces terroristes.

Une déclaration commune a été publiée, offrant un compte rendu complet des consensus et des résultats de la réunion.

La Chine est disposée à rester en communication étroite avec l'Afghanistan et le Pakistan pour mettre en œuvre les consensus atteints lors de ce dialogue.

Q : La RPDC a à nouveau lancé deux projectiles ce matin. Il s'agit de son huitième lancement depuis juillet. Comment voyez-vous l'impact des lancements fréquents de missiles de la RPDC sur la situation sécuritaire régionale ?

R : J'ai noté les reportages concernés. J'espère que les parties concernées pourront réduire les différends et répondre à leurs préoccupations légitimes par le dialogue et les consultations, et continuer à promouvoir la dénucléarisation et la mise en place d'un mécanisme de paix dans la péninsule.

Q : Le Ministre des Affaires étrangères des îles Salomon est actuellement en visite à Taïwan. Lors d'une conférence de presse tenue hier à Taipei, il a déclaré que tout était normal dans les relations entre les îles Salomon et Taïwan. La Chine a-t-elle invité le Ministre des Affaires étrangères des îles Salomon à effectuer une visite à Beijing ? La Chine a-t-elle un calendrier pour l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et les îles Salomon ?

R : Comme vous le savez tous, il n'y a qu'une seule Chine dans le monde. Le principe d'une seule Chine est un consensus de la communauté internationale et va dans le sens de l'histoire. S'adapter à cette tendance de notre époque est le bon choix, mais également le choix fait par la plupart des pays du monde. La Chine est prête à nouer des relations d'amitié et de coopération avec tous les pays qui suivent le principe d'une seule Chine.

Q : En ce qui concerne le dialogue des Ministres des Affaires étrangères Chine-Afghanistan-Pakistan, vous avez déclaré que les troupes étrangères en Afghanistan devraient se retirer de manière ordonnée et responsable. Les Etats-Unis ont annulé leur rencontre avec les talibans et il semblerait que les troupes américaines resteront en Afghanistan plus longtemps. Les attaques des talibans ont contrarié les pourparlers de paix prévus entre les Etats-Unis et les talibans. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Les troupes étrangères doivent se retirer de manière ordonnée et responsable, ce qui signifie que l'arrangement concerné doit être propice au processus de paix et de réconciliation en Afghanistan.

En ce qui concerne la récente annonce par les Etats-Unis d'annuler leur rencontre avec les représentants des talibans, depuis un certain temps, les négociations entre les Etats-Unis et les talibans ont enregistré des progrès importants et les deux parties sont parvenues à un consensus de principe sur un accord de paix. Bien qu'il existe diverses incertitudes dans le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan, mettre fin à la guerre et réaliser la paix sont l'aspiration unanime de plus de 30 millions d'Afghans et l'attente commune des peuples de la région et de la communauté internationale. La Chine soutient fermement le processus de paix et de réconciliation inclusif dirigé et contrôlé par les Afghans. Nous soutenons le renforcement du dialogue entre les parties concernées par la question de l'Afghanistan et appelons les Etats-Unis et les talibans à faire avancer les négociations en vue d'obtenir des résultats tangibles, de sorte que la paix soit durable sur le sol afghan et que les conditions soient réunies pour le règlement définitif de la question de l'Afghanistan.

Q : Selon des reportages, l'Italie aurait arrêté un employé de la société russe United Engine Corporation dans un aéroport à la demande des Etats-Unis, qui l'accusaient de « vol » de secrets commerciaux. La Russie a condamné ce geste américain comme une « très mauvaise pratique » et a demandé aux Etats-Unis de retirer leur demande d'extradition. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous notons les reportages concernés et les commentaires de la partie russe. Nous espérons que cette affaire sera traitée sur la base des faits et en vertu de la loi.

Je dois souligner que cette affaire n'a rien de nouveau pour nous. Les Etats-Unis ont maintes et maintes fois eu recours à la détention arbitraire de ressortissants étrangers pour réprimer des sociétés étrangères, au mépris du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales. Cette mauvaise pratique, qui suscite de plus en plus d'indignation et d'opposition, mine la confiance et la coopération mutuelles et perturbe les échanges humains entre les pays. Nous espérons que les Etats-Unis corrigeront leur mauvaise pratique.

Q : Première question : Carrie Lam, chef de l'exécutif de la Région administrative spéciale de Hong Kong, a exhorté les Etats-Unis à ne pas s'immiscer dans la gestion des affaires de Hong Kong par son gouvernement, après la manifestation de dimanche où des personnes se sont rendues au Consulat des Etats-Unis à Hong Kong pour présenter des pétitions. Quel est votre commentaire à ce propos ? Deuxième question : une organisation américaine de protection des journalistes a classé la Chine parmi les dix pays où les conditions de travail des journalistes sont les plus mauvaises. Comment réagissez-vous à ce classement ?

R : Sur votre première question, notre position est claire. La Chine s'oppose fermement à toute ingérence dans ses affaires intérieures par tout gouvernement, organisation ou individu étranger. Ils doivent immédiatement cesser de jouer des sales tours à Hong Kong.

Concernant votre deuxième question, je n'ai pas entendu parler de l'organisation que vous avez mentionnée. A quel point connaît-elle la Chine ? Parmi ceux qui ont rendu un tel jugement, est-ce que l'un d'eux est déjà allé en Chine ?

En tant que journalistes étrangers en Chine, êtes-vous d'accord avec eux ? Avez-vous rencontré des difficultés dans votre vie et votre travail en Chine ? Je vois que vous appréciez votre séjour ici, n'est-ce pas ? (Les journalistes ont fait un signe de tête en souriant.)



RECOMMANDER A
       IMPRIMER