Page d'accueil Ambassade infos Relations bilatérales Services consulaires Relation commerciale Liens  
Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères
Conférence de presse du 12 décembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying


2019/12/12

À l'invitation du haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, et du Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères de la Slovénie Miro Cerar, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participera à la 14e conférence des Ministres des Affaires étrangères de l'ASEM en Espagne et effectuera des visites au siège de l'UE et en Slovénie.

Q : Australian Financial Review a publié un article du célèbre chercheur James Curran, critiquant le fait que l'assertion de la « menace chinoise » se soit transformée en « syndrome paranoïaque de la peur rouge » en Australie. Selon cet article, le débat sur la Chine est sur le point de perdre tout sens de la rationalité et de la décence en Australie. Le durcissement de la position de l'Australie envers la Chine est désormais considéré comme un moyen de faire plaisir aux États-Unis. Le célèbre chercheur et journaliste américain Fareed Zakaria a également déclaré, dans son article intitulé The New China Scare : Why America Shouldn't Panic About Its Latest Challenger et publié dans Foreign Affairs, que la Chine actuelle est une nation hautement responsable dans les domaines géopolitique et militaire, ce qui contraste fortement avec les États-Unis. Les coûts d'une guerre froide contre la Chine pèseraient énormément sur l'économie américaine et c'est le secteur de l'armement américain qui en tirerait profit. L'Occident devrait accepter le rôle plus important de la Chine dans le système international existant, plutôt que d'isoler la Chine à tout prix. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : J'ai noté les deux articles que vous avez mentionnés. Nous apprécions l'objectivité, la raison, le courage et la perspicacité du professeur Curran et de M. Zakaria sur les questions liées à la Chine.

En effet, certains politiciens et médias de l'Occident semblent être collectivement atteints d'une « phobie de la Chine », qui se manifeste par une opposition à tout ce qui est lié à la Chine. Ils calomnient et salissent la Chine par tous les moyens, en faisant passer le noir pour le blanc, en confondant le bien et le mal. Ils ont franchi le seuil de tolérance et n'ont plus de bon sens. Ce phénomène, au fond, trouve son origine dans leur perception problématique et leur vision injuste de la Chine. Comme l'a dit M. Zakaria, la Chine joue un rôle hautement responsable dans les domaines politique, économique et militaire mondiaux. Nous n'avons jamais déclenché de guerre, nous n'avons jamais interféré dans les affaires intérieures des autres, nous n'avons jamais occupé un seul pouce du territoire d'autres pays, nous n'avons jamais violé les règles et l'ordre internationaux. Nous sommes ouverts et transparents dans nos politiques et nos actions. Nous comptons sur notre travail assidu et nos propres efforts pour mener une vie qui s'améliore sans arrêt. Nous avons démontré une plus grande capacité et une plus grande confiance à protéger nos droits et intérêts légitimes lorsque la souveraineté et la sécurité de la Chine sont menacées ou compromises. Nous pouvons maintenant essuyer plus rapidement et plus efficacement la saleté lorsque nous faisons face aux noircissements et aux attaques. Nous menons les combats nécessaires juste pour gagner l'égalité et la dignité que nous méritons.

La Chine est grande, mais la taille n'a rien à voir avec la menace. Un panda géant est gros, mais est-il plus dangereux qu'un vautour ? Et « Kung Fu Panda » est adoré de ses copains, car il est épris de justice et s'entend bien avec ses voisins.

La « phobie de la Chine » est une maladie dangereuse, mais elle n'est pas incurable. Le remède qui la soigne est d'abandonner la mentalité de la guerre froide et du jeu à somme nulle, de rester fidèle à l'égalité et au respect mutuel et d'adopter l'ouverture et l'inclusivité pour les avantages réciproques et le gagnant-gagnant. En finir avec cet état d'esprit ouvrira de vastes perspectives, alors qu'y rester accroché sans prendre de mesures correctives entraînera un préjudice sans fin.

Q : Hier, un journaliste étranger a posé des questions sur la « menace » représentée par l'ambassadeur de Chine au Danemark sur l'utilisation d'équipements 5G de Huawei dans les îles Féroé. Le gouvernement danois a-t-il clarifié cela avec la Chine ?

R : Oui, le Danemark a déclaré explicitement à la Chine que les récents reportages n'étaient pas fondés. Nous avons noté que le Ministre danois des Affaires étrangères a déclaré hier aux médias danois : « Les informations selon lesquelles le Ministère danois des Affaires étrangères aurait déclaré aux autorités des îles Féroé qu'il serait préférable de ne pas choisir Huawei comme fournisseur de 5G sont fausses. Le secteur des télécommunications fait partie des domaines décidés en toute indépendance par les îles Féroé. Le choix d'un fournisseur de 5G appartient aux îles Féroé. Le respect mutuel et le respect des règles internationales sont à la base de la politique étrangère danoise et s'appliquent aux échanges danois avec d'autres pays, y compris au bon partenariat avec la Chine ».

Le Premier Ministre du gouvernement autonome des îles Féroé et le Ministre des Affaires étrangères ont également déclaré à la presse qu'ils ne se sentaient jamais menacés ou soumis à des pressions lors des échanges avec la Chine, et que la rencontre avec l'ambassadeur de Chine a permis un dialogue favorable et constructif basé sur le respect mutuel. Les chefs de certains partis et le public des îles Féroé considèrent que l'acte mis en œuvre publiquement par l'ambassadeur américain visant à empêcher la coopération entre les îles Féroé et Huawei est extrêmement inapproprié. Les îles Féroé sont petites, mais elles ne succomberont pas à la pression des États-Unis et ne les laisseront pas interférer dans leur prise de décision indépendante.

Vous vous souvenez peut-être que, ces derniers temps, les ambassadeurs américains au Danemark et en Allemagne ont ouvertement menacé la coopération entre la Chine et les pays concernés, suscitant un vif mécontentement de la part des deux gouvernements et des deux peuples. La Chine ne fera jamais cela. Nous sommes prêts à travailler avec le Danemark pour approfondir sans discontinuer la confiance politique mutuelle et renforcer la coopération pragmatique dans un esprit d'égalité et de respect mutuel, de sorte que la coopération mutuellement avantageuse entre les deux pays donne des résultats toujours plus abondants.

Q : L'ambassadeur américain en Australie Arthur Culvahouse a déclaré dans une interview le 12 décembre que la communauté ouïgoure en Australie était surveillée et harcelée par des agents étrangers. Des voitures de police falsifiées portant le logo de la police chinoise sont garées devant chez eux. Ils sont sanctionnés pour toute publication exprimant leurs préoccupations sur la situation des Ouïgours. Le gouvernement chinois en est responsable et assumera les conséquences qui en découleront. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Je ne sais pas ce que vous pensez de ce reportage. C'est tellement ridicule pour moi de toute façon. La police chinoise est-elle trop idiote ? Ou la police australienne trop incompétente ? Ou encore cet ambassadeur américain trop stupide ? La police chinoise aurait-il voyagé si loin en traversant des mers et des océans pour dissuader les Ouïgours en Australie avec des voitures de police falsifiées portant le logo de la « police chinoise » stationnées devant chez eux ? Je pense que même le pire scénariste d'Hollywood ferait mieux que ça.

Si vous voulez noircir la Chine, faites travailler votre cerveau, s'il vous plaît, même si vous êtes possédés par le démon. Sinon, cela sera la risée générale.



RECOMMANDER A
       IMPRIMER