Page d'accueil Ambassade infos Relations bilatérales Services consulaires Relation commerciale Liens  
Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères
Conférence de presse du 13 décembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying


2019/12/13

La réunion des hauts fonctionnaires Chine-Japon-République de Corée se tiendra à Chengdu le 13 décembre. Le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Luo Zhaohui présidera la réunion et le Vice-Ministre sud-coréen des Affaires étrangères Kim Gunn et le Vice-Ministre japonais des Affaires étrangères Takeo Mori participeront à l'événement. Les trois parties prépareront la 8e réunion des dirigeants Chine-Japon-République de Corée et procéderont à un échange de vues sur les questions d'intérêt commun.

Q : Dans son discours au Centre pour la stratégie et les études internationales le 12 décembre, le Secrétaire d'Etat adjoint américain pour l'Asie de l'Est et le Pacifique, David Stilwell, a déclaré que les Etats-Unis avaient fourni une aide considérable au développement de la Chine au cours des dernières décennies, mais qu'ils sont déçus que la Chine ait répondu à leur bonne foi par une mauvaise foi agressive et constante. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous avons lu les reportages sur les remarques de M. Stilwell. Franchement, nous ne pouvons pas être d'accord avec lui. Ce qu'il a dit n'est pas la vérité. Et la tentative d'utiliser cela pour justifier les mauvaises politiques américaines à l'égard de la Chine ne fonctionnera pas.

Premièrement, la Chine a accompli des réalisations spectaculaires au cours des sept dernières décennies, la raison fondamentale étant que, sous la direction du PCC, le peuple chinois a trouvé une voie de développement qui convient à notre condition nationale. Nos grandes réalisations ont été accomplies avec la diligence et la sagesse de notre peuple. Elles n'ont été l'aumône de personne.

Deuxièmement, la coopération entre la Chine et les Etats-Unis est mutuellement bénéfique, au lieu de ne bénéficier qu'à une seule partie. Depuis que nos deux pays ont établi des relations diplomatiques il y a 40 ans, notre coopération pragmatique dans divers domaines s'est développée constamment et a procuré d'énormes avantages aux deux peuples. Les Etats-Unis ont beaucoup bénéficié de ce processus. Je pense que les Américains de divers milieux peuvent tous ressentir cela.

Troisièmement, M. Stilwell a parlé à maintes reprises de la « bonne foi » des Etats-Unis, mais nous ne ressentons pas de « bonne foi » lorsque les Etats-Unis restreignent et oppriment sans motif la Chine dans l'économie, le commerce, la science, la technologie et les échanges humains. Nous ne ressentons pas de « bonne foi » lorsque les Etats-Unis salissent et attaquent la Chine sur des questions touchant aux intérêts fondamentaux de la Chine, notamment la souveraineté territoriale et la dignité nationale, telles que Hong Kong, Taïwan, le Xinjiang, le Tibet et les droits de l'Homme. Et nous ne ressentons pas de « bonne foi » lorsque les Etats-Unis calomnient notre système social, notre voie de développement et notre coopération avec d'autres pays sous divers prétextes. Nous devons répondre fermement aux paroles et aux actes erronés qui portent atteinte à la souveraineté, à la sécurité et aux intérêts de développement de la Chine.

Quatrièmement, si les relations sino-américaines sont actuellement confrontées à de graves difficultés et défis, au fond, c'est parce que les Etats-Unis ne peuvent pas voir la Chine de manière objective et rationnelle, ni faire face sérieusement ni s'adapter au développement rapide de la Chine. Comme l'a dit le Conseiller d'Etat Wang Yi ce matin lors du Séminaire 2019 sur la situation internationale et les relations extérieures de la Chine, les paroles et les actes erronés des Etats-Unis proviennent de leur mauvaise perception de la Chine et leur vision sur la Chine s'est fourvoyée. Si les Etats-Unis veulent vraiment développer une relation sino-américaine qui soit « bonne, riche et mutuellement bénéfique », ils devraient associer leurs paroles à des actes au lieu de jouer un double jeu.

Je tiens à réitérer que la politique de la Chine à l'égard des Etats-Unis est claire et cohérente. Nous sommes déterminés à développer une relation sino-américaine caractérisée par la non-confrontation, l'absence de conflit, le respect mutuel et la coopération gagnant-gagnant, mais une telle relation nécessite des efforts des deux parties. Une fois de plus, nous exhortons les Etats-Unis à rejeter la mentalité dépassée de la guerre froide, à réfléchir à leurs erreurs et à les corriger, à revenir à la raison, à voir et à gérer les relations sino-américaines de manière correcte, à cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, de saper les intérêts de la Chine et de salir la Chine, afin que nos relations bilatérales puissent reprendre la bonne voie.

Q : Selon des reportages, l'Ambassadeur de Chine aux Etats-Unis Cui Tiankai et le Représentant au commerce des Etats-Unis Robert Lighthizer devraient signer aujourd'hui un accord commercial de phase I. Pourriez-vous confirmer si une telle cérémonie de signature a été prévue ? Et la Chine a-t-elle accepté d'acheter des produits agricoles américains d'une valeur de 50 milliards de dollars en échange d'une réduction des tarifs douaniers ?

R : Je vous renvoie au Ministère du Commerce pour les questions spécifiques concernant les consultations économiques et commerciales sino-américaines.

J'ai remarqué que les trois principaux indices boursiers aux Etats-Unis et les bourses en Europe ont grimpé en flèche après l'annonce que la Chine et les Etats-Unis approcheraient de la conclusion d'un accord commercial de phase I. Cela montre une fois de plus que la conclusion d'un accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis par la voie des consultations est dans l'intérêt fondamental de la Chine et des Etats-Unis. Cela sert également les intérêts du reste du monde et répond aux aspirations de la communauté internationale.

La position de la Chine sur les consultations économiques et commerciales est cohérente et claire. Nous restons déterminés à résoudre et à gérer les divergences entre la Chine et les Etats-Unis par le biais d'un dialogue constructif. Nous soutenons toujours que les consultations doivent être fondées sur le principe de l'égalité et du respect mutuel et que l'accord doit être mutuellement bénéfique.

Q : Selon des reportages du « New York Times », le Conseiller commercial de la Maison-Blanche, Peter Navarro, a cité l'expert fictif Ron Vara pour défendre dans une note distribuée à des chercheurs de Washington l'imposition des droits de douane supplémentaires américains sur les produits chinois. Navarro a confirmé l'authenticité de la note. CNN et d'autres médias américains avaient précédemment révélé que cet expert factice avait été cité par Navarro pour critiquer la Chine dans ses nombreux livres, ce qui a suscité de vives réactions et de la stupéfaction dans le monde entier. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine et les Etats-Unis sont de grands pays du monde. Sur une question aussi importante qui concerne les relations sino-américaines et l'économie mondiale, il est absurde et hautement irresponsable de la part de M. Navarro, un haut fonctionnaire américain, d'induire en erreur l'opinion publique et de formuler une politique intransigeante à l'égard de la Chine en citant à maintes reprises un personnage fictif.

Comme vous l'avez dit, il y a peu, les médias ont révélé que cet expert fabriqué, Ron Vara, avait été cité dans au moins six livres de Navarro. C'est d'autant plus étrange que cette figure fictive est réapparue à ce moment précis. Comme vous le savez, la nouvelle selon laquelle la Chine et les Etats-Unis approcheraient de la conclusion d'un accord commercial de phase I a beaucoup attiré l'attention et a suscité une réaction positive de la part des marchés boursiers américains et européens, qui se sont inscrits en hausse. Mais à ce moment particulier, Navarro a envoyé un signal en contradiction avec le gouvernement américain. Qu'est-ce qu'il mijote ? Qu'est-ce qu'il veut faire ?

 

Q : Les Etats-Unis ont confirmé avoir testé avec succès un missile interdit par le traité FNI signé avec la Russie. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous prenons note des reportages concernés. Depuis que les Etats-Unis ont annoncé leur retrait officiel du traité FNI le 2 août, le Département de la Défense a effectué deux tests de missiles terrestres à portée intermédiaire. Le Secrétaire à la Défense, Esper, a déclaré fièrement que les Etats-Unis se préparaient aux tests depuis février. J'aimerais attirer votre attention là-dessus. Les Etats-Unis se sont officiellement retirés du traité FNI le 2 août, mais le Secrétaire à la Défense a déclaré qu'ils se préparaient aux tests depuis février. Cela confirme une fois de plus notre jugement selon lequel le retrait américain était une décision préméditée. Le véritable objectif est de se libérer des restrictions pour développer des missiles avancés et rechercher un avantage militaire unilatéral. Les Etats-Unis ont souligné les prétendues « violations russes » et la « menace des missiles chinois ». Ces astuces ne sont que des comportements maladroits.

La communauté internationale doit être lucide sur l'intention malveillante et l'impact négatif du retrait et des tests américains. Nous devons travailler de concert pour sauvegarder le système international actuel de maîtrise des armements. Nous conseillons également aux Etats-Unis d'abandonner la mentalité de la guerre froide et la conception périmée du jeu à somme nulle et de contribuer de leur mieux à l'équilibre stratégique mondial, ainsi qu'à la stabilité, à la paix et à la sécurité internationales.

Q : Selon le « South China Morning Post », une étude de « Fairness and Accuracy in Reporting », un organisme de surveillance indépendant des médias américains, révèle que le « New York Times » et CNN se concentrent de façon disproportionnée sur Hong Kong, bien que de violentes manifestations aient éclaté dans de nombreux endroits du monde cette année. Les journalistes du « New York Times » décrivent avoir vu des émeutiers produire « des centaines ou des milliers de bombes » à Hong Kong. Malgré cela, le journal a continué à décrire les émeutiers comme des « activistes pro-démocratie ». Les médias américains ont régulièrement dissimulé les détails les plus violents et les plus atroces des manifestations de Hong Kong et utilisent rarement un langage négatif. Nous avons également noté que YouTube supprimait les documentaires de CGTN sur le terrorisme au Xinjiang en invoquant la soi-disant violation de règles. Auparavant, Facebook et Twitter avaient fermé des dizaines de milliers de comptes à l'intérieur de la Chine et à Hong Kong qui, selon eux, étaient soutenus par le gouvernement. Mais ils n'ont pris aucune mesure contre les comptes affichant les comportements violents illégaux des émeutiers à Hong Kong et diffusant des informations erronées sur la police de Hong Kong. Quel est votre commentaire ?

R : Y a-t-il un journaliste du « New York Times » ici aujourd'hui ? (Personne n'a levé la main.) Il est vrai que le « New York Times » a produit beaucoup de nouvelles ces derniers temps, et a donc lui-même fait l'objet de beaucoup de nouvelles.

J'ai remarqué les reportages que vous avez mentionnés. J'ai également vu une nouvelle ce matin : selon les statistiques publiées par le Bureau de l'Innovation et de la Technologie de la Région administrative spéciale de Hong Kong, la police de Hong Kong a demandé 621 fois aux plateformes de médias sociaux concernés en 2019 de supprimer les fausses nouvelles et les informations non vérifiées visant la police de Hong Kong. Tout cela montre clairement que certains médias aux Etats-Unis ne respectent pas les principes fondamentaux régissant les reportages et ont perdu toute leur moralité et leur responsabilité sociales. Les médias auraient dû défendre la justice et l'équité sociales par des reportages objectifs, impartiaux et véridiques. Mais il est très regrettable et triste de voir que certains médias aux Etats-Unis ne l'ont pas fait. De toute évidence, ils ont pris un très mauvais chemin. Nous devons être très vigilants face à un tel comportement, qui doit être corrigé immédiatement.

Q : En écoutant les récents commentaires de la partie chinoise, nous pensons que c'est une rhétorique très forte. Et en même temps, on dit aux Etats-Unis que les deux parties seraient près de conclure un accord commercial de phase I. Comment comprendre cela dans ce contexte particulier ?

R : En réponse à une série d'actes américains qui sapent les intérêts chinois, nous avons immédiatement exprimé notre ferme opposition et avons fait des réponses fermes. Dans le même temps, agissant avec le sens des responsabilités envers les peuples chinois et américain et la communauté internationale, nous recherchons un dialogue constructif avec la partie américaine.

Les relations sino-américaines au cours des quatre dernières décennies ont montré que la coopération profite à chacun de nos deux pays et que la confrontation conduit à un scénario perdant-perdant. La coopération est le meilleur et le seul choix correct pour nos deux pays.

Comme le Conseiller d'Etat Wang Yi l'a déclaré dans son discours au Séminaire 2019 sur la situation internationale et les relations extérieures de la Chine ce matin, la mauvaise perception de la Chine par les Etats-Unis est à l'origine de leurs actes erronés et leur vision sur la Chine s'est fourvoyée. Nous espérons que les Etats-Unis se calmeront et adopteront une vision rationnelle de la Chine dès que possible.



RECOMMANDER A
       IMPRIMER