Page d'accueil Ambassade infos Relations bilatérales Services consulaires Relation commerciale Liens  
Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères
Conférence de presse du 7 février 2020 tenue en ligne par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying


2020/02/07

Tout d'abord, je voudrais partager quelques chiffres avec vous. Selon les dernières statistiques publiées ce matin par la Commission nationale de la Santé, le 6 février entre 0 heure et 24 heures, 387 patients infectés sont guéris et sont sortis de l'hôpital, et 73 patients infectés sont morts dans la partie continentale de la Chine.

Au 6 février à minuit, 1 540 guérisons et 636 cas mortels avaient été signalés dans la partie continentale de la Chine.

Le nombre de cas confirmés nouvellement signalés en Chine, à l'exception du Hubei, a diminué pour la troisième journée consécutive depuis le 4 février.

Q : On le sait, la Thaïlande est une destination populaire pour les touristes chinois. Cependant, après le déclenchement de l'épidémie, la Thaïlande n'a pas imposé de restrictions de voyage aux citoyens chinois. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La Chine et la Thaïlande partagent une véritable amitié, qui se confirme dans les périodes difficiles. En tant que voisin, ami et partenaire stratégique global, la Thaïlande a apporté un soutien énergique et une assistance sincère à la Chine. Le Roi Maha Vajiralongkorn, la Reine Suthida et le gouvernement thaïlandais ont fait don de fournitures médicales à la Chine. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a déclaré dans une vidéo : « Que la Chine reste forte ; la Thaïlande vous soutient ». Les personnalités de divers milieux sociaux en Thaïlande ont également montré leur bienveillance et leur soutien par divers moyens. Les médias sociaux du pays sont remplis de slogans tels que « Allez, Wuhan » et « Wuhan, je t'aime ».

Nous sommes convaincus que notre amitié traditionnelle se renforce dans les moments difficiles et que nos deux peuples seront plus solidaires.

Q : La région de Taïwan affirme que la partie continentale a communiqué à l'OMS des données incorrectes sur les cas d'infection au nouveau coronavirus à Taïwan et l'accuse de contrecarrer la coopération de la région avec l'OMS. L'Ambassadeur des Etats-Unis aux Nations unies à Genève a déclaré que l'OMS devrait directement entrer en contact avec les autorités de santé publique de Taïwan pour la lutte contre l'épidémie. Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : Depuis l'apparition de l'épidémie, la Commission nationale de la Santé, accordant une grande importance à la vie et à la santé des compatriotes de Taïwan, a communiqué à temps à la région de Taïwan les dernières informations sur la prévention et le contrôle de l'épidémie, en vue de renforcer la réponse inter-détroit à l'épidémie. Elle a partagé avec la région de Taïwan 16 documents techniques couvrant, entre autres, des solutions de diagnostic et de traitement, des plans de prévention et de contrôle, des directives sur le champ d'utilisation des équipements de protection médicale ainsi que la séquence du génome du virus et les informations sur la façon d'obtenir la séquence du génome. En ce qui concerne les compatriotes de Taïwan dans la partie continentale infectés par le virus, nous avons immédiatement fourni des informations à la région de Taïwan, partageant les derniers développements et recherchant les personnes en contact étroit avec ces patients infectés.

Après vérification auprès de la Commission nationale de la Santé, le 7 février à 10 heures du matin, la partie continentale a communiqué à 42 reprises à la région de Taïwan des informations sur l'épidémie et la région de Taïwan a communiqué à 19 reprises des informations à la partie continentale.

Les statistiques sur la région de Taïwan que la Commission nationale de la Santé communique à l'OMS sont basées sur les informations fournies par la région de Taïwan. S'il y avait des données incorrectes, ce serait le résultat d'informations douteuses de la région de Taïwan.

Je voudrais réitérer que l'OMS est une agence spéciale des Nations unies composée d'Etats souverains. La participation de la région de Taïwan aux activités d'organisations internationales telles que l'OMS doit être organisée par le biais de consultations inter-détroit dans le cadre du principe d'une seule Chine. Selon les accords entre la Chine et l'OMS, les experts médicaux et sanitaires de la région de Taïwan peuvent assister aux réunions techniques de l'OMS et les experts de l'OMS peuvent se rendre dans la région de Taïwan pour effectuer des recherches ou fournir une assistance le cas échéant.

La région de Taïwan a un accès rapide aux informations sur les urgences mondiales de santé publique publiées par l'OMS et les informations peuvent également circuler facilement dans l'autre sens. Grâce à ces dispositions, la région de Taïwan est en mesure de faire face rapidement et efficacement aux urgences de santé publique locales ou mondiales. Nous espérons que certains individus de la région de Taïwan et des Etats-Unis arrêteront le battage politique et la manipulation politique en utilisant l'épidémie comme prétexte.

Q : Un reportage du Financial Times a cité un fonctionnaire américain disant que le gouvernement américain avait fait part de ses inquiétudes concernant le programme d'espionnage scientifique de la Chine afin de bloquer le projet chinois de construction du siège du Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies. Le fonctionnaire a affirmé que la Chine constituait une menace pour l'Afrique en prévoyant de voler de grandes quantités de données génétiques de l'Afrique. Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : C'est tout aussi ridicule que la récente allégation de certains aux Etats-Unis selon laquelle la Chine construirait le Centre de conférence de l'UA pour voler des données de l'UA. Cela montre que certaines personnes aux Etats-Unis mesurent toujours les autres à leur aune.

Ce fonctionnaire pourrait ne pas savoir, étant donné la fragilité du système de santé publique en Afrique comme l'a révélé l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014, que l'Afrique espère ardemment que la communauté internationale l'aide à construire le Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies.

En 2015, la Chine a commencé à aider l'Afrique dans la construction de son système et de sa capacité de santé publique. En 2016, la Chine et les Etats-Unis ont signé le Mémorandum d'entente sur le soutien conjoint au Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies. Les deux parties ont convenu, à la lumière du principe de coopération, selon lequel les initiatives sont proposées, approuvées et dirigées par l'Afrique, de soutenir conjointement la construction du Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies et de renforcer les capacités de santé publique de l'Afrique. Les deux parties disposent d'experts en santé publique travaillant comme consultants au siège pour fournir une assistance technique.

Le domaine de la santé est un domaine important de la coopération sino-africaine. La Chine fournit une aide sanitaire aux pays africains en toute sincérité. La Chine a envoyé des équipes médicales de 21 000 membres au total en Afrique et a traité 220 millions de patients africains. Certains médecins chinois ont même sacrifié leur vie pour cette cause. Ils ont gagné un respect profond de la population locale. Alors que l'épidémie d'Ebola a fait rage en Afrique en mars 2014, certains pays ont fermé leurs ambassades et évacué leurs diplomates et citoyens de trois pays de l'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie. Par contraste, le gouvernement chinois a aidé l'Afrique le plus tôt possible. Nous avons envoyé non seulement des fournitures de première nécessité, mais également des équipes médicales composées de plus de 1 000 médecins militaires et civils dans les zones les plus durement touchées par l'épidémie. Les diplomates chinois et les experts médicaux ont choisi de rester sur place au lieu de se retirer. Ils se sont battus avec la population locale jusqu'à ce que le virus soit vaincu.

En ce moment critique de la lutte contre le nouveau coronavirus, les gouvernements et les peuples africains ont exprimé leur soutien à la Chine par divers moyens. C'est dans le besoin que l'on reconnaît ses vrais amis. L'amitié sino-africaine a résisté à toutes épreuves. Elle ne peut pas être et ne sera pas ébranlée par certaines personnes semant la discorde.

Q : Le Directeur du FBI, Christopher Wray, a déclaré hier, lors d'une conférence au Centre américain d'études stratégiques et internationales, qu'aucun pays ne représente une menace plus grande que la Chine communiste et que cette menace doit être combattue par une action commune de la société américaine. Le Procureur général américain William Barr a déclaré le même jour que la Chine était devenue le « principal adversaire géopolitique » des Etats-Unis. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

R : En parlant de la menace, les résultats d'un sondage international mené par Pew en février 2019 montrent que 45% des personnes interrogées pensent que les Etats-Unis constituent une grande menace pour le monde. Ces chiffres sont encore plus élevés dans certains pays alliés des Etats-Unis. Récemment, certains médias et universitaires américains ont ouvertement déclaré que la plus grande menace géopolitique pour les Etats-Unis ne vient pas des autres, mais d'eux-mêmes.

Alors que le peuple chinois combat l'épidémie comme un seul homme, certains individus aux Etats-Unis continuent d'attaquer et de salir la Chine. Cela nous rappelle qu'en dehors du nouveau coronavirus, nous devons également lutter contre les virus de l'idéologie et de la mentalité de la guerre froide.

Q : L'OMS a déclaré qu'une équipe d'experts multinationale dirigée par l'OMS se rendrait en Chine pour travailler avec les autorités chinoises dans la lutte contre l'épidémie. Est-elle arrivée ?

R : La Chine a partagé les informations avec l'OMS et la communauté internationale de manière ouverte, transparente et responsable, et a invité des experts, notamment ceux de l'OMS, à se rendre pour des visites sur le terrain à Wuhan. Nous avons appris que la Commission nationale de la Santé était en communication étroite avec l'OMS sur les dispositions pertinentes pour la visite du groupe conjoint d'experts en Chine. Vous pouvez contacter la Commission nationale de la Santé pour plus de détails.

Q : La Chine a déclaré avoir pleine confiance dans sa capacité à vaincre l'épidémie du nouveau coronavirus. Cela signifie-t-il que la Chine n'a plus besoin de l'aide des Etats-Unis et d'autres pays ?

R : La Chine s'appuie essentiellement sur ses propres forces pour lutter contre cette épidémie. Dans le même temps, nous saluons et apprécions le soutien et l'assistance sincères et aimables de la communauté internationale.

Q : Selon des reportages, en dehors du Hubei et de Wuhan, certaines autres provinces et villes chinoises ont été mises en quarantaine ou devraient l'être. Pourriez-vous confirmer cela ?

R : Je vous renvoie aux départements compétents et aux conférences de presse quotidiennes tenues par la Commission nationale de la Santé.

Q : Certains Indiens à Wuhan n'ont pas été autorisés à embarquer sur les vols d'évacuation de la partie indienne. Leur visa de résidence en Chine expire bientôt. Que doivent faire les Indiens confrontés à ce problème ?

R : Je ne suis pas au courant de ce que vous avez mentionné, veuillez vous informer auprès des départements compétents. Conformément aux pratiques coutumières internationales et aux mesures de prévention et de contrôle des épidémies, la Chine offre la commodité et l'assistance nécessaires aux ressortissants étrangers souhaitant quitter Wuhan.

Q : Selon des reportages, les données diffusées dans certains réseaux sociaux suggèrent que plus de 636 personnes sont décédées de la pneumonie causée par le nouveau coronavirus. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Vous pouvez suivre les statistiques que la Commission nationale de la Santé publie quotidiennement.

Q : Hier, le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang a demandé à l'Italie de reprendre les vols directs lors d'une réunion avec l'Ambassadeur italien Luca Ferrari. La Chine envisage-t-elle des contre-mesures si les vols directs ne reprennent pas ?

R : La Chine et l'Italie entretiennent une relation amicale. Pendant ce moment difficile, alors que la Chine lutte contre l'épidémie, l'Italie a exprimé son soutien à la Chine et a fait don de fournitures pour la prévention et le contrôle de l'épidémie. Hier, le Président Sergio Mattarella a rendu visite à une école primaire à Rome où sont scolarisés de nombreux Chinois. Le Premier ministre Giuseppe Conte a également déclaré que les propos ou les actes discriminatoires contre la Chine en raison de l'épidémie étaient stupides. Tout cela montre les sentiments amicaux de l'Italie envers le peuple chinois.

Après l'apparition de l'épidémie, l'Italie a suspendu les vols directs entre la Chine et l'Italie, causant de grands inconvénients aux voyageurs. La Chine a effectué des démarches auprès de la partie italienne et a exprimé sa préoccupation, exhortant la partie italienne à suivre les recommandations de l'OMS, à cesser la suspension des vols dès que possible, et lui demandant de ne pas prendre de mesures restrictives excessives dans l'intérêt de la coopération bilatérale. La partie italienne a déclaré qu'elle prenait au sérieux les préoccupations de la Chine et qu'elle était prête à reprendre dès que possible certains vols civils à la demande des compagnies aériennes chinoises et à œuvrer pour la reprise des échanges normaux bilatéraux.

Q : Les médias ont rapporté hier que des pirates indiens ciblaient des établissements médicaux chinois en pleine épidémie du nouveau coronavirus, essayant d'extraire des données sensibles. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. La Chine abrite une grande communauté en ligne dans le monde et est également une victime majeure du piratage informatique. Nous nous opposons fermement aux cyberattaques sous toutes leurs formes. Dans le même temps, nous pensons que la communauté internationale doit renforcer le dialogue et la coopération pour lutter conjointement contre toutes sortes de cyberattaques, construire et maintenir un cyberespace pacifique, sûr, ouvert, coopératif et ordonné.

Je tiens à souligner que la Chine lutte actuellement contre l'épidémie de toutes ses forces. A un moment aussi inhabituel et face à une crise de santé publique, tous les pays devraient travailler ensemble pour surmonter les difficultés.

Q : Samedi, le Premier ministre Li Keqiang a déclaré qu'il espérait que l'UE offrirait toutes les facilités nécessaires aux achats d'urgence par la Chine de fournitures médicales aux Etats membres de l'UE par le biais des canaux commerciaux. Ces matériels sont-ils arrivés en Chine ?

R : Pour autant que je sache, le 7 février à midi, des pays membres de l'UE, dont l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Autriche et la Hongrie, ont fait don de fournitures pour la prévention et le contrôle de l'épidémie à la Chine. De nombreux autres pays membres de l'UE nous ont également exprimé leur soutien par divers moyens.

Q : En ce qui concerne les enfants nés en Chine d'un ressortissant étranger et d'un conjoint de nationalité chinoise, est-il vrai que la politique du gouvernement est de ne pas reconnaître leurs nationalités étrangères ? Est-il vrai que les négociations sur l'évacuation de ces enfants ont retardé plusieurs évacuations d'étrangers de Wuhan ?

R : S'agissant des ressortissants chinois qui sont des parents en ligne directe de citoyens étrangers à Wuhan, compte tenu de leurs liens familiaux, s'ils veulent partir et ont également des documents de voyage internationaux valides, ils peuvent partir avec leur famille.



RECOMMANDER A
       IMPRIMER