Page d'accueil Ambassade infos Relations bilatérales Services consulaires Relation commerciale Liens  
Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères
Conférence de presse du 6 novembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin


2020/11/06

CCTV : Selon des reportages, le gouvernement chinois a acheminé avec succès, via l'Organisation des Premières dames d'Afrique pour le développement (OPDAD), tous ses dons de fournitures médicales anti-COVID-19 à des femmes, des enfants et des adolescents de 53 pays africains. Pourriez-vous présenter davantage les informations concernées ?

Wang Wenbin : Récemment, le gouvernement chinois a achevé avec succès le don de fournitures médicales anti-COVID-19 à des femmes, des enfants et des adolescents dans 53 pays africains par le biais de l'OPDAD. La Chine a surmonté des difficultés telles que le transport international limité causées par l'épidémie et a réussi à acheminer toutes les fournitures médicales en quatre mois. Avec une grande attention accordée par les gouvernements locaux et le soutien de l'OPDAD, les fournitures ont été distribuées et utilisées dans les pays destinataires. Ces efforts ont été salués par les gouvernements et les personnalités de divers milieux de différents pays de l'Afrique, déclarant que les fournitures étaient favorables à renforcer la capacité antiépidémique des femmes, des enfants et des adolescents africains, et que l'assistance mutuelle, la solidarité et la coopération entre pays étaient d'une importance vitale pour gagner cette bataille.

La Chine et l'Afrique se sont mutuellement soutenues et ont surmonté ensemble les difficultés depuis le début de la pandémie. En dépit de la pression antiépidémique à l'intérieur, la Chine a offert sans tarder un grand nombre de fournitures médicales très demandées à l'Union africaine et aux pays africains par divers canaux. Nous avons organisé six vidéoconférences d'experts antiépidémiques avec la partie africaine pour partager notre expérience et envoyé des équipes d'experts médicaux antiépidémiques dans 15 pays africains, et 46 équipes médicales chinoises en Afrique ont activement participé à la lutte antiépidémique dans les pays d'accueil. La Chine s'est également engagée à fournir en priorité des vaccins chinois aux pays africains et aux autres pays en développement lorsqu'ils seront mis au point et mis en service.

À cette occasion, je tiens à souligner que l'amitié entre la Chine et l'Afrique s'est enracinée dans l'esprit des peuples et est indestructible. Face à tous les risques ou défis, nous travaillerons ensemble avec nos frères africains en faisant preuve de solidarité pour aller de l'avant et promouvoir une communauté d'avenir partagé Chine-Afrique en portant toujours haut levé le drapeau de l'amitié sino-africaine.

Beijing Daily : J'ai trois questions sur la prévention et le contrôle de la COVID-19. Premièrement, les missions diplomatiques et consulaires de Chine à l'étranger ont récemment publié un avis selon lequel les dispositions contre la COVID-19 ont été renforcées vis-à-vis des personnes venant en Chine par avion. Quelles en sont les considérations ? Deuxièmement, parmi les diverses mesures adoptées récemment pour prévenir les cas importés, celle la plus suivie devrait être l'attestation de deux résultats négatifs, respectivement d'un test d'acide nucléique et d'un test sérologique d'anticorps IgM. Quelles sont les considérations spécifiques à cet égard ? Troisièmement, en plus de l'attestation, le public suit également de près l'exigence selon laquelle les passagers à destination de la Chine doivent subir de nouveau le test d'acide nucléique et le test sérologique d'anticorps IgM lorsqu'ils transitent par un pays tiers. Quelles sont les principales considérations en la matière ?

Wang Wenbin : Concernant votre première question, la Chine fait face à un risque plus sévère des cas importés à mesure que la situation de la COVID-19 à l'étranger s'est davantage détériorée récemment. En octobre, le nombre de cas importés en Chine a augmenté d'environ 45% par rapport à septembre pour atteindre 515. Dans le même temps, des foyers locaux de la COVID-19 ont également surgi dans quelques endroits en Chine. Dans ces circonstances, en nous inspirant des autres pays, nous avons renforcé davantage les mesures de prévention et de contrôle pré-départ contre la COVID-19 vis-à-vis des personnes arrivant en Chine. Ces mesures permettent non seulement de consolider les résultats antiépidémiques durement acquis par la Chine, mais aussi de diminuer au maximum le risque d'infection croisée parmi les passagers à destination de la Chine durant leur voyage, de manière à protéger la sécurité sanitaire de chacun.

En ce qui concerne votre deuxième question, la demande d'un test d'acide nucléique avant l'embarquement pour les voyageurs à destination de la Chine a joué, depuis sa mise en œuvre, un rôle essentiel dans la prévention des cas importés. Cependant, aucune méthode de dépistage existante ne permet d'obtenir des résultats 100% sûrs. Selon les avis des services spécialisés compétents, le test sérologique d'anticorps IgM présente des résultats stables et permet, en étant combiné avec le test d'acide nucléique, d'améliorer considérablement la précision du dépistage de la COVID-19. Par conséquent, nous avons ajouté l'obligation du test sérologique d'anticorps IgM. À en juger par les essais précédents dans certains pays, cette mesure s'avère bien effective. À notre connaissance, certains pays ont déjà adopté des mesures similaires.

Quant à votre troisième question, comme je l'ai dit plus tôt, la situation actuelle de l'épidémie à l'étranger est très grave, et chaque fois qu'un passager à destination de la Chine fait une escale de plus, son risque d'infection augmente. Parmi les cas importés que nous connaissons, un grand nombre d'entre eux avaient subi des tests d'acide nucléique avant de voyager, mais ont contracté la COVID-19 plus tard, ce qui représente près de la moitié des cas importés. Par conséquent, un test supplémentaire aux endroits de transit est nécessaire pour la prévention et le contrôle de l'épidémie. D'ailleurs, nous conseillons à ceux ayant la nécessité de faire des voyages transnationaux de planifier leur itinéraire de manière raisonnable et de choisir des vols directs autant que possible afin de réduire les risques d'infection croisée pendant les transits.

AFP : Selon des reportages, la Chine adopte des mesures de restriction contre les importations australiennes. Pourriez-vous le confirmer ou présenter des détails ?

Wang Wenbin : Ces derniers jours, j'ai répondu à plusieurs reprises aux questions similaires. Ce que je voudrais souligner, c'est que les départements compétents de la Chine ont adopté des mesures concernées sur les importations selon les lois et les règlements, ce qui est en conformité avec la loi et les règlements chinois ainsi qu'avec les coutumes internationales. Ces actions responsables envers les industries intérieures et les consommateurs de la Chine sont tout à fait raisonnables, légales et irréprochables.

Dans le même temps, je tiens également à vous indiquer que l'ouverture est une politique fondamentale de la Chine. Elle continuera à poursuivre résolument l'élargissement de l'ouverture sur tous les plans dans l'esprit d'ouverture, de coopération, de solidarité et de gagnant-gagnant. La Chine honore ses engagements. Les mesures en faveur de l'élargissement de l'ouverture annoncées lors de la 2e Exposition internationale d'importation de la Chine (CIIE) ont toutes été mises en œuvre, et le volume des importations de biens et de services de la Chine a augmenté beaucoup plus rapidement que la moyenne internationale au cours de l'année écoulée. La 3e CIIE se tient au calendrier prévu malgré le contexte particulier de la COVID-19, et les entreprises de divers pays y participent activement. D'après le rapport Doing Business 2020 publié par la Banque mondiale, la Chine a grimpé à la 31e place dans le classement mondial en matière d'environnement des affaires. Tout cela démontre que l'élargissement de l'ouverture et la promotion des bénéfices réciproques de la Chine ont obtenu des résultats tangibles et incontestables.

J'ai remarqué aussi que récemment, des personnalités en Australie avaient remis en doute les mesures concernées prises par la Chine, certaines d'entre elles avaient même accusé la Chine de violer les règles du commerce international. Je tiens à vous dire que depuis l'an 2018, plus de 10 projets d'investissements chinois ont été rejetés par la partie australienne pour des raisons de sécurité nationale qui étaient ambiguës et sans le moindre fondement. Cela comprend l'interdiction aux entreprises chinoises de participer au développement du réseau australien de la 5G, et touche même des domaines comme les infrastructures, l'agriculture et l'élevage. Jusqu'à présent, l'Australie a lancé 106 enquêtes antidumping et antisubventions contre des produits chinois, tandis que la Chine n'a ouvert que quatre enquêtes similaires contre des produits australiens. Au fond, qui viole les principes de l'économie de marché et l'esprit de l'Accord de libre-échange Chine-Australie ? Et quel pays trahit ses engagements, sabote la coopération et prend des mesures discriminatoires ? Je crois que les faits parlent clairement d'eux-mêmes.

Nous avons souligné maintes fois que le respect mutuel est une base et une condition préalable pour une coopération pragmatique entre les pays. Nous exhortons une fois de plus certains en Australie à réfléchir sur eux-mêmes, à déployer davantage d'efforts pour favoriser la confiance mutuelle et la coopération avec la Chine, et à faire valoir l'esprit du partenariat stratégique global Chine-Australie, de manière à créer des conditions et une ambiance favorables à la coopération pragmatique dans divers domaines entre les deux pays.

Reuters : Jeudi, la Justice australienne a poursuivi un homme d'origine chinoise de 65 ans. Il s'agit d'un premier inculpé en vertu de la loi australienne contre l'ingérence étrangère. La Chine connaît-elle la situation de cette affaire ? Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Wang Wenbin : Je ne suis pas au courant des informations concrètes de ce cas.

En ce qui concerne la soi-disant loi australienne contre l'ingérence étrangère, mes collègues et moi avons exprimé notre position maintes fois. Je tiens à souligner à nouveau que la Chine développe toujours des relations avec d'autres pays sur la base des principes du respect mutuel et de la non-ingérence dans les affaires intérieures d'autrui. Et la Chine n'est jamais intervenue dans les affaires intérieures des autres pays et ne s'y intéresse pas.

Global Times : Selon le site Web du Département d'État des États-Unis, le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré la révocation de la désignation du Mouvement islamique du Turkestan oriental (MITO) comme organisation terroriste. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : La Chine exprime son vif mécontentement et sa ferme opposition à la décision américaine. Le MITO est une organisation terroriste répertoriée par le Conseil de sécurité des Nations Unies et reconnue comme telle par la communauté internationale. Il s'engage depuis longtemps dans des activités terroristes et violentes, causant un grand nombre de morts et de blessés ainsi que de dégâts matériels, et menaçant gravement la sécurité et la stabilité de la Chine, de la région et du monde entier. La lutte contre le MITO est un consensus de la communauté internationale et une partie importante de la lutte internationale contre le terrorisme.

En tant que coauteur de l'inscription du MITO au Comité 1267 du Conseil de sécurité des Nations Unies, les États-Unis ont fait volte-face sur la détermination de la nature terroriste du MITO, révélant une fois de plus la pratique de « deux poids deux mesures » de l'administration américaine actuelle en matière de lutte contre le terrorisme ainsi que son visage méprisable vis-à-vis des organisations terroristes, qui les utilise ou les rejette au gré de ses convenances. Le terrorisme est le terrorisme. Les États-Unis doivent corriger immédiatement leurs erreurs, s'abstenir de blanchir les organisations terroristes et cesser de faire marche arrière dans la coopération antiterroriste internationale.

****************************

Wang Wenbin : L'après-demain, le 8 novembre, marquera la Journée des journalistes en Chine. Je voudrais profiter de cette occasion pour souhaiter une bonne fête, une bonne santé et des succès de travail à tous nos amis journalistes, y compris nos amis journalistes étrangers travaillant et vivant en Chine ! Nous entendons continuer à maintenir avec vous tous d'étroits échanges et coopération.



RECOMMANDER A
       IMPRIMER