Page d'accueil Ambassade infos Relations bilatérales Services consulaires Relation commerciale Liens  
Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères
Conférence de presse du 23 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian


2020/12/23

Global Times : Récemment, la section Vientiane-Vang Vieng de l'autoroute Chine-Laos, première autoroute du Laos et projet financé et construit conjointement par la Chine et le Laos, a été achevée et mise en service 13 mois avant la date prévue, mettant fin à l'histoire de l'absence d'autoroute au Laos. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Comme le dit un adage chinois, pour s'enrichir, il faut d'abord construire des routes. Nous sommes heureux de voir le Laos réaliser une percée dans le domaine de l'autoroute. La longueur totale conçue de l'autoroute Chine-Laos est d'environ 440 kilomètres. La première phase du projet qui relie Vientiane, capitale du Laos, et la ville touristique de Vang Vieng, est d'une longueur de quelque 110 kilomètres. Après la mise en service de ce tronçon, le temps du trajet de Vientiane à Vang Vieng a été raccourci de 3 heures et demie à 1 heure, ce qui a aussi permis de sortir le pays de son histoire de l'absence d'autoroute. Nous croyons que la mise en service de la section Vientiane-Vang Vieng apportera une nouvelle contribution à l'amélioration du bien-être des populations locales, à la stimulation du développement économique et social et à la promotion de la coopération commerciale et des échanges humains et culturels transfrontaliers.

Yonhap News : Hier, des avions militaires chinois et russes sont entrés la zone d'identification de défense aérienne (ZIDA) de la République de Corée. La partie chinoise a déclaré dans un communiqué qu'il s'agissait d'un exercice de routine, et le Ministère des Affaires étrangères de la République de Corée a exprimé son regret à ce sujet. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Sur votre question, le Ministère chinois de la Défense nationale a publié des informations, selon lesquelles cette opération était un agenda du plan de coopération annuel entre les armées chinoise et russe et ne visait aucun tiers. Il est à noter que la ZIDA n'est pas un espace aérien territorial et que tous les pays jouissent de la liberté de survol conformément au droit international. Au cours de l'exercice, les avions militaires chinois et russes ont strictement respecté les dispositions concernées du droit international et ne sont pas entrés dans l'espace aérien territorial d'autre pays.

CNR : Nous avons remarqué qu'hier, l'Institut des Études internationales de Chine (CIIS) a tenu un séminaire international sur la « Réponse commune au terrorisme dans les nouvelles circonstances », auquel ont participé des officiels, des responsables d'institutions d'études antiterroristes et des universitaires venant de 12 pays. Pourriez-vous en donner plus d'informations ?

Zhao Lijian : Hier, la CIIS a tenu un séminaire international sur la « Réponse commune au terrorisme dans les nouvelles circonstances ». Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Luo Zhaohui y a participé et a prononcé un discours. Au cours du séminaire, des universitaires chinois ont présenté les expériences et les pratiques de la Chine en matière de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation. Les participants ont eu un échange franc et approfondi, et sont parvenus à fédérer les esprits, à renforcer la confiance mutuelle, à partager les expériences et à promouvoir la coopération.

Lors du séminaire, la Chine a indiqué que les menaces sécuritaires non traditionnelles nécessitaient des réponses transnationales. La réponse aux questions de sécurité non traditionnelles doit être basée sur une approche constante et durable et une vision à long terme plutôt qu'une réaction de réflexe. En poursuivant l'unilatéralisme et les actes d'intimidation, certains pays ont politisé et instrumentalisé l'anti-terrorisme. Cela a gravement perturbé la coopération internationale anti-terroriste, et doit être suivi avec une haute vigilance. Dans la coopération internationale contre le terrorisme, nous devons défendre fermement le consensus international, adopter activement des actions efficaces, adhérer à une norme unifiée et éradiquer résolument les terrains propices au terrorisme.

Tous les participants estiment que la pandémie actuelle a rendu la situation internationale anti-terroriste plus complexe et plus grave, mais la communauté internationale doit s'en tenir comme toujours au multilatéralisme, renforcer la solidarité et faire face conjointement aux défis sécuritaires non traditionnels, y compris le terrorisme. Nous devons adhérer à une norme unifiée et rejeter sans équivoque les « deux poids deux mesures ». Nous devons sauvegarder fermement le consensus international et nous opposer à la politisation et à l'instrumentalisation de la lutte contre le terrorisme pour des intérêts égoïstes. Nous devons nous engager à adopter des mesures globales pour traiter à la fois les symptômes et la cause profonde du terrorisme, attacher de l'importance à la prévention du terrorisme et aux efforts de déradicalisation, et nous efforcer d'éliminer les terrains propices au terrorisme. Nous devons garder toujours un esprit ouvert et inclusif et nous opposer à établir des liens entre le terrorisme et des pays, des ethnies ou des religions spécifiques.

Les participants de la Chine, du Pakistan, du Kazakhstan et de l'Afghanistan estiment tous que les forces terroristes du Mouvement islamique du Turkestan oriental constituent une grave menace pour la paix, la sécurité et le bien-être des populations des pays et régions concernés dont la Chine, et qu'il faut renforcer la coopération pour combattre le Mouvement islamique du Turkistan oriental afin de préserver ensemble la sécurité régionale et mondiale.

RIA Novosti : Encore une question sur les avions militaires chinois et russes qui ont volé dans la ZIDA de la République de Corée. Le gouvernement japonais a déclaré qu'il n'avait pas été informé de cette opération. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J'ai déjà clairement présenté la position de la Chine sur cette question. Les avions militaires chinois et russes respectent strictement les dispositions pertinentes du droit international et n'ont pas pénétré l'espace aérien territorial d'autre pays.

China News Service : Selon la conférence de presse du Ministère de l'Éducation hier, 70 pays à travers le monde ont intégré la langue chinoise dans leur système d'éducation national. Plus tôt, certains officiels et médias occidentaux ont prétendu que la Chine élargissait son influence mondiale par l'enseignement du chinois comme langue étrangère. Quels sont les commentaires de la Chine à cet égard ?

Zhao Lijian : La langue sert d'outil et de base de communication. Apprendre et maîtriser des langues de différents pays revêt une signification positive pour promouvoir la coopération économique et commerciale et dans les investissements, les échanges et l'enrichissement mutuel entre les civilisations, ainsi que les échanges amicaux entre les peuples. Peu importe la distance physique entre les pays ou entre les individus, la langue permet de resserrer rapidement les liens entre les cœurs. Tout comme beaucoup de Chinois apprennent des langues étrangères dont l'anglais, de nombreux étrangers montrent également un intérêt croissant pour l'apprentissage du chinois. À l'heure actuelle, il y a environ 25 millions de personnes étudiant la langue chinoise en dehors de la Chine, et au cours du 13e plan quinquennal, 40 millions de personnes dans le monde ont participé à l'examen HSK (Test d'évaluation de chinois). Ces chiffres montrent que l'enseignement de la langue chinoise dans le monde a une base large et solide. L'enseignement du chinois à l'échelle internationale a joué un rôle important dans le renforcement de la compréhension mutuelle et de l'amitié entre la Chine et les autres pays et est apprécié et salué par tous les peuples.

Pour les échanges et la coopération humains et culturels normaux, nous devrions tous être heureux de les voir et y contribuer activement au lieu de les politiser ou même de les diaboliser. La Chine est prête à travailler avec tous les pays du monde afin de renforcer les échanges et coopération humains et culturels dans tous les domaines, y compris les échanges linguistiques, et de contribuer de nouvelles forces à la promotion de l'amitié et de la coopération entre la Chine et les autres pays du monde, au renforcement des échanges et de l'enrichissement mutuel entre les civilisations diversifiées du monde et à la construction d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité.

Bloomberg : Selon des reportages, le Premier Ministre du Canada Justin Trudeau a bloqué le plan d'achat par Shandong Gold Group d'une entreprise minière canadienne qui exploite l'or dans les régions arctiques du Canada. Quels sont les commentaires de la Chine sur cette décision de la partie canadienne ?

Zhao Lijian : La coopération économique et commerciale entre la Chine et le Canada est mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant de par sa nature. Le gouvernement chinois demande toujours aux entreprises chinoises d'effectuer la coopération en matière d'investissement avec l'étranger sur la base du respect des règles internationales, ainsi que des lois et des règlements des pays d'accueil. Toute pratique de politisation de la coopération commerciale normale et d'interférence politique au nom de la sécurité nationale est erronée. La partie canadienne doit offrir un environnement de marché équitable, ouvert et non discriminatoire aux entreprises de tous les pays, y compris la Chine, pour leurs investissements au Canada.

South China Morning Post : Le Ministre sortant australien du Commerce Simon Birmingham a déclaré devant la presse australienne qu'il souhaitait voir la Chine avoir de meilleurs échanges avec son successeur et montrer la volonté d'échanger et de négocier. Il a critiqué que la Chine n'avait pas présenté une telle volonté ces derniers temps. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Quelles sont ses attentes pour le prochain Ministre australien du Commerce ?

Zhao Lijian : Nous avons souligné à plusieurs reprises que les canaux diplomatiques entre la Chine et l'Australie restaient ouverts. Nous tenons à indiquer une fois de plus que le respect mutuel est la base et la condition préalable des dialogues et de la coopération pragmatique entre tous les pays. Si la partie australienne espère vraiment mener des contacts et dialogues avec la Chine, elle devra faire preuve de sincérité par des actes concrets.

Shenzhen TV : Selon des reportages, un navire sierra-léonais dont le nom est DONG YANG a été en détresse près des îles Nansha le 21 décembre, et l'équipage a été sauvé par la partie chinoise après avoir abandonné le navire pour s'échapper. Pourriez-vous présenter plus d'informations concernées ?

Zhao Lijian : Le 21 décembre à 17 heures, le Centre de recherche et de sauvetage maritime de Hainan a reçu un bulletin d'urgence, selon lequel un cargo sierra-léonais s'était sérieusement incliné dans les eaux au large de Wan'an Tan des îles Nansha, le capitaine avait décidé d'abandonner le navire, et puis les dix membres d'équipage s'étaient échappés dans un radeau de sauvetage.

Après avoir confirmé l'urgence, le Ministère chinois des Transports et la province de Hainan ont mobilisé des forces et mis tout en œuvre pour le sauvetage. Ils ont envoyé trois navires pour la recherche, et l'un d'entre eux a réussi à sauver les dix membres d'équipage à bord du radeau de sauvetage à 14h30 du 22 décembre. D'après ce que je sais, les signes vitaux des 10 membres d'équipage sont normaux, et le sauvetage international qui avait duré presque un jour et une nuit a été couronné d'un plein succès.

Le sauvetage de la vie en mer est une opération humanitaire internationale. Ce sauvetage réussi a été un test de la capacité de la Chine à maintenir la sécurité de la navigation des navires internationaux en Mer de Chine méridionale, et a pleinement illustré le sens des responsabilités de la Chine dans ses engagements à sauver la vie en Mer de Chine méridionale. Toujours fidèle à l'esprit humanitaire, la Chine continuera d'assurer en temps utile la recherche et le sauvetage nécessaires aux navires et aux marins en difficulté en Mer de Chine méridionale.

Reuters : Dans une lettre aux États insulaires du Pacifique, les sénateurs américains Ted Cruz et Marco Rubio ont averti que la Chine avait financé Huawei Marine dans les appels d'offres du projet de câbles sous-marins du Pacifique, dans le but d'en profiter pour mener des activités d'« espionnage » et exercer de la « coercition géopolitique ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les quelques sénateurs que vous avez mentionnés ne ratent aucune occasion pour dénigrer la Chine, et se donnent pour mission de concocter toutes sortes de mensonges pour discréditer la Chine et servir leurs propres intérêts politiques. Ils n'ont aucune crédibilité politique. L'assertion concernée est complètement une calomnie et une diffamation à l'encontre de l'entreprise chinoise, et un prétexte inventé par les États-Unis en vue de réprimer de façon injustifiée les entreprises chinoises de haute technologie.

Le gouvernement chinois encourage les entreprises chinoises à mener des coopérations et des investissements à l'étranger conformément aux principes du marché et aux règles internationales et sur la base du respect des lois et règlements locaux. Ce sont justement les États-Unis, depuis la révélation du Prism jusqu'à aujourd'hui, qui ont mené des opérations de cyber-espionnage à grande échelle à travers le monde, y compris dans leurs pays alliés, devenant un véritable « Empire de hackers » et « Empire d'espionnage ». Peu avant, un média danois a révélé la surveillance des services gouvernementaux danois par des agences américaines concernées et leur collecte des données et des informations privées passant par les câbles de communication danois. Le monde voit clairement la machination des États-Unis visant à calomnier les autres et embellir eux-mêmes.

Prasar Bharati : De nombreux navires sont ancrés au Port de Jingtang depuis plusieurs mois. À notre connaissance, la Chine et l'Inde sont en communication constante concernant la rotation d'équipage des navires indiens. La partie chinoise a précédemment déclaré que la rotation d'équipage ne pouvait pas être effectuée pour des raisons de prévention de l'épidémie. Les armateurs ne permettent pas non plus aux navires de quitter le port. Ma question est la suivante : maintenant, existe-t-il une base scientifique pour ne pas autoriser la rotation d'équipage après la quarantaine ? Vu que les membres d'équipage ont été confinés depuis plusieurs mois, est-il possible d'autoriser leur rotation après la quarantaine ? Est-il possible de le faire pour des raisons humanitaires ?

Zhao Lijian : La Chine a fixé des règles claires pour la prévention et le contrôle de l'épidémie dans les ports ainsi que l'obligation de quarantaine des personnes à bord, lesquelles sont fondées sur la science. Les départements concernés locaux de la Chine maintiennent toujours une communication étroite avec la partie indienne pour répondre à ses revendications concernées en temps opportun et lui donner des facilités et de l'assistance nécessaires sous réserve du respect des règlements concernés sur la prévention de l'épidémie.

China Daily : Selon des reportages, l'ancien Gouverneur général d'Australie Michael Jeffery est décédé il y a quelques jours. Comment évaluez-vous son rôle dans la promotion des relations sino-australiennes ?

Zhao Lijian : De son vivant, l'ancien Gouverneur général d'Australie, M. Jeffery a accordé une attention et un soutien de longue date au développement des relations sino-australiennes. Il a effectué plusieurs visites en Chine et a apporté une contribution importante à la promotion des échanges et de la coopération entre les deux pays. Nous exprimons nos profondes condoléances pour le décès de M. Jeffery et présentons notre sympathie à ses proches et à sa famille.

Reuters : Le sénateur Marco Rubio et le représentant Michael McCaul des États-Unis ont appelé mardi l'administration Trump à continuer de renforcer les nouvelles règles adoptées vendredi dernier dans le but d'empêcher la Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC) d'acquérir des technologies avancées américaines. Quels sont vos commentaires à ce sujet ? En outre, selon des reportages du site d'information américain Axios, le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis lancera un avertissement aux entreprises américaines, affirmant que l'utilisation d'équipements et de services de télécommunications de sociétés liées à la Chine entraînerait des risques de la sécurité des données. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian : Comme je l'ai déjà dit tout à l'heure, les parlementaires dont vous avez parlé se sont déjà discrédités et n'ont aucune honnêteté.

La Chine s'oppose fermement à ce que les États-Unis répriment sans raison les entreprises chinoises et a explicité plusieurs fois sa position solennelle. La politisation des questions économiques et commerciales par la partie américaine viole les principes de l'économie de marché et de concurrence loyale dont elle se vante depuis tout le temps ainsi que les règles du commerce international. Cela non seulement mine les intérêts légaux des entreprises chinoises, mais ne sert pas non plus les intérêts des entreprises américaines, et perturbera gravement les échanges scientifiques, technologiques et commerciaux normaux entre les deux pays et même dans le monde entier, et sabotera les chaînes industrielles, d'approvisionnement et de valeurs mondiales.

Les entreprises chinoises développent depuis toujours leurs activités en vertu de la loi et des règlements, et observent strictement la loi et les règlements des pays d'accueil dans leurs activités internationales. La partie américaine doit arrêter ses actes erronés d'abuser du pouvoir d'État et de généraliser le concept de sécurité nationale dans le but de restreindre des entreprises étrangères.

Une poignée de politiciens américains s'obstinent dans la mentalité de guerre froide et les préjugés idéologiques, et s'adonnent à faire du tapage et à prôner les prétendus « défis chinois » et la « théorie de la menace chinoise ». La Chine s'y oppose fermement. Je voudrais souligner que les restrictions et répressions, au lieu d'endiguer le développement et la croissance de la Chine, ne feront qu'abîmer la confiance mutuelle et la coopération sino-américaines et aggraver les problèmes et frictions entre la Chine et les États-Unis. Elles ne pourront que rendre le peuple chinois plus uni dans la construction d'une Chine plus forte. Si les États-Unis n'en font qu'à leur tête, la Chine prendra définitivement des mesures sérieuses pour défendre sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement.

Reuters : Le citoyen australien Yang Jun a déclaré dans une lettre à un ami qu'il avait subi des « tortures », de multiples interrogatoires et des « violences verbales » lorsqu'il était détenu à Beijing. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons exprimé à maintes reprises la position de la Chine sur le cas de Yang Jun. Actuellement, l'affaire est traitée en première instance. Je tiens à souligner encore une fois : la Chine est un État de droit, et les autorités judiciaires chinoises traitent les affaires de manière indépendante et conformément à la loi. Tous les droits légaux de Yang Jun sont pleinement garantis. Il n'existe pas de soi-disant « torture » ou « violence ».



RECOMMANDER A
       IMPRIMER